samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ancien président de l’Équateur sera inculpé pour corruption présumée

Quito, 22 février (Prensa Latina) Le bureau du procureur général de l’Équateur a annoncé aujourd’hui que l’ancien président du pays andin, Lenín Moreno, sera inculpé avec sa famille pour corruption présumée dans l’affaire dite INA Papera.

Diana Salazar, procureur général de l’État, a demandé à la Cour nationale de justice (CNJ) de fixer une date et une heure pour l’audience des charges contre 37 personnes, liées à une structure de corruption présumée autour du projet hydroélectrique Coca Codo Sinclair, avec une portée interétatique et transnationale, qui aurait développé des actions illicites entre 2009 et 2018.

Les allégations contre l’ancien président découlent d’une enquête intitulée El laberinto offshore del círculo presidencial (Le labyrinthe offshore du cercle présidentiel), publiée en 2019 sur une affaire de corruption, qui implique directement la société INA Investment Corporation, créée par Edwin Moreno, qui porterait une partie du nom des filles de l’ancien chef d’État.

Selon la documentation enregistrée, cette société gérait des comptes dans la Balboa Bank de Panama, à partir desquels des meubles coûteux, des tapis et d’autres articles de luxe ont été acquis pour l’appartement de Moreno à Genève (Suisse), où il était l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour les personnes handicapées.

Pour ce poste, Moreno s’est rendu au Paraguay, où il vit et travaille avec le gouvernement de Mario Abdo sur des questions liées à l’inclusion.

Selon le bureau du procureur équatorien, si après l’inculpation, le juge ordonne la détention préventive de Moreno, son séjour au Paraguay ne l’empêcherait pas d’être envoyé en Équateur, les deux gouvernements ayant un accord d’assistance pénale en vigueur.

L’enquête contre Lenín Moreno porte également sur l’achat d’un appartement en Espagne, lié à la famille présidentielle, entre autres irrégularités.

Les crimes faisant l’objet de l’enquête comprennent le blanchiment d’argent, l’association illicite, la corruption et l’enrichissement illicite, a déclaré le bureau du procureur équatorien.

jcc/mgt/nta

 
EN CONTINU
notes connexes