jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des avions M-18 appuient la lutte contre les incendies dans l’est de Cuba

Holguín, Cuba, 23 février (Prensa Latina) Des avions M-18 appartenant à l’Entreprise Nationale de Services Aériens ont rejoint aujourd’hui les forces déployées qui luttent contre un incendie de grande ampleur dans la zone montagneuse de Pinares de Mayarí, à l’est de Cuba. 

Avec le soutien de cette flotte, connue sous le nom de « dromadaires », il est prévu d’encercler et d’arrêter le transfert du feu dans les profondeurs du parc national Mensura Piloto, l’une des zones les plus riches en biodiversité de la région des Caraïbes et présentant un nombre important d’espèces de la flore et de la faune endémiques du pays. 

Depuis samedi dernier, les équipes du Corps des Gardes Forestiers, des Pompiers, de la Société Agroforestière de Mayari, ainsi que d’autres des Forces Armées Révolutionnaires et des volontaires travaillent sans relâche pour contrôler le sinistre, qui a trouvé dans la sécheresse et la matière organique abondante le combustible suffisant pour continuer à raser cette zone.

Aux forces d’Holguín se sont jointes d’autres de la province de Santiago de Cuba; un effort conjoint qui, malgré l’intensité du sinistre, a permis de protéger les cultures d’orchidée, le Centre de Recherches pour la Montagne, l’hôtel Villa Pinares de Mayarí ainsi que des communautés proches.

Au sujet de l’impact environnemental, Wilder Carmenate, directeur du Centre de recherche et de services environnementaux d’Holguin, a souligné qu’il est encore trop tôt pour quantifier les dommages, mais a averti qu’ils sont importants, en particulier sur le sentier La Sabina, presque entièrement brûlé. 

La récupération de ces espaces prendra des années, a averti Carmenate, qui a annoncé la possibilité de la perte d’espèces endémiques, alors même que lui est ses services travaillaient à leur conservation car elles étaient en danger d’extinction ou menacées. 

Jusqu’à ce jeudi, les données préliminaires comptaient plus de 600 hectares affectés de cette zone naturelle protégée. 

peo/mem/mlp

EN CONTINU
notes connexes