dimanche 25 février 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française

Une société chinoise nie les accusations de transmission de données au gouvernement

Pékin, 8 juin (Prensa Latina) La société chinoise ByteDance, propriétaire de TikTok, a rejeté les accusations concernant la fourniture présumée de données privées au gouvernement et a déclaré qu’elle avait l’intention de déposer une plainte officielle contre ces rumeurs, a rapporté aujourd’hui le quotidien Global Times.

Selon la publication, un porte-parole de la société a déclaré qu’il s’agissait d’allégations infondées qui ont été rendues publiques uniquement pour attirer l’attention.
Il a ajouté que la société s’y opposait fermement et qu’elle procéderait à un recours formel contre ces accusations.
ByteDance a fait cette déclaration après qu’un ancien employé a déposé une plainte aux États-Unis et a assuré que la société avait aidé le gouvernement chinois à retrouver les participants aux manifestations de 2019 à Hong Kong.
Yintao Roger Yu a indiqué qu’il a travaillé aux États-Unis en tant que chef de l’ingénierie pour ByteDance et qu’un comité spécial de l’exécutif chinois s’est installé dans les bureaux de la société à Pékin pour surveiller ceux qui diffusaient des contenus concernant ces manifestations sur la plate-forme, y compris les utilisateurs étrangers.
Il a également évoqué le suivi de dispositifs, de réseaux d’information, de cartes SIM et d’adresses IP.
Ce processus juridique pourrait compliquer la situation de TikTok aux États-Unis, où une offensive soutenue par des préoccupations de sécurité nationale a conduit à interdire l’application dans les équipes officielles de l’administration de Washington et dans plusieurs États.
La lutte contre le populaire programme de mini-vidéos a commencé sur le sol nord-américain au cours de la dernière étape du mandat de Donald Trump (2017-2021) et est maintenant reprise par son successeur Joe Biden.
Depuis le début de l’année, le Canada, l’Australie et plusieurs nations de l’Union européenne ont également décidé de contrôler l’utilisation de cette application, suivant ainsi des pays comme l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan et Taïwan.
Le Royaume-Uni lui a même infligé une amende de 12,7 millions de livres sterling (plus de 17 millions de dollars) pour « violation de la loi sur la protection des données, y compris l’utilisation abusive de données personnelles de mineurs ».
Le directeur exécutif de la société, Shou Zi Chew, a récemment été interrogé à la Chambre des représentants des États-Unis sur le fonctionnement du réseau social et ses liens supposés avec le gouvernement chinois.
peo/jf/ymr

EN CONTINU
notes connexes