dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Prensa Latina, à laquelle on ne prédisait que quelques mois d’existence, fête ses 64 ans

Par Martin Hacthoun * La Havane, (Prensa Latina) Depuis sa fondation en juin 1959, l’Agence d’information Prensa Latina (PL) a toujours navigué sur des eaux agitées, mais elle fête cependant son 64e anniversaire sans perdre le cap, à la recherche de la vérité et comme un groupe multimédia avec des projets d’avenir.

Dans le cadre d’une campagne orchestrée par des cercles politiques aux États-Unis qui ne lui prédisait que quelques mois d’existence, au fil des ans, notamment dans les années 1960 et 1970, elle a fait l’objet de pressions, de menaces, de fermetures de bureaux, d’agressions et d’attaques contre ses reporters; mais elle a non seulement réussi à survivre, mais aussi à avancer.
L’historienne nord-américaine Renata Keller a conclu dans une enquête sur l’agence de presse, dont le siège principal est à La Havane, que « Prensa Latina a survécu, s’est développée et a prospéré ».
Dans les conclusions de l’ouvrage détaillé, Keller a déclaré que « d’une certaine manière, la seule survie pouvait être considérée comme une victoire », tout en démontrant sa capacité de résistance à de nombreuses attaques, qu’elle a qualifiée d' »impressionnante et sans précédent ».
« Ses fondateurs espéraient créer une source alternative de nouvelles et d’informations pour Cuba, l’Amérique latine et le reste du monde, et ils y sont parvenus », a affirmé l’universitaire au sujet du rôle de ce média dans la promotion de la Révolution cubaine et la lutte contre l’isolement imposé par les États-Unis.
L’hostilité à l’égard de PL ne s’est pas seulement traduite par des actions politiques et des tentatives d’isolement et de fermeture de ses bureaux, elle a également porté atteinte à la vie de ses journalistes.
De nombreux actes hostiles ont été commis, allant du vandalisme de son bureau aux Nations Unies à l’arrestation par le FBI, afin de l’intimider, du premier correspondant au siège de l’organisme multilatéral, Francisco V. Portela.
En 1970, le journaliste chilien Elmo Catalán, collaborateur de PL en Bolivie, et son épouse Jenny Koeller ont été assassinés. Peu après, le régime putschiste bolivien a fermé la correspondance de l’agence sur place.
Son bureau à Montevideo a également été perquisitionné et ses journalistes arrêtés. Peu après, la junte militaire uruguayenne a également fermé sa correspondance dans le pays.
En 1972, le correspondant Luis Martirena est assassiné, avec son épouse Ivette Jiménez. Il avait été directeur de la correspondance à La Havane jusqu’au milieu de 1971.
Martirena et sa femme ont été abattus en Uruguay en 1972 devant chez eux. Cette même année, deux correspondants de l’agence ont eux été expulsés d’Équateur.
Le personnel de Prensa Latina et les journalistes chiliens de la correspondance de Santiago du Chili ont été la cible d’une fusillade le 11 septembre 1973. Jorge Timossi a été correspondant en chef au Chili tout au long du processus politique dirigé par le président Salvador Allende.
Ce jour malheureux du putsch militaire contre le gouvernement populaire d’Allende, les bureaux de Santiago ont été violemment perquisitionnés, ses journalistes arrêtés et expulsés du pays. Parmi eux se trouvaient, outre Timossi, la Chilienne Elena Acuña, le Péruvien Jorge Luna et le Cubain Mario Mainadé.
Il y a eu d’autres attaques : le chef de la correspondance à Guatemala City, Manuel Guerrero, a été la cible de menaces de mort et d’attentats à la bombe ; puis, dans les années 2000, l’envoyé spécial de PL au Honduras a été expulsé du pays à la suite du coup d’État contre Manuel Zelaya.
En octobre 1983, le bureau de Grenade a été fermé lors de l’invasion nord-américaine de l’île des Caraïbes et son correspondant, Arnaldo Hutchinson, a été arrêté et expulsé.
MALGRÉ LES HOSTILITÉS
Cependant, malgré ces hostilités, l’agence ne s’est pas arrêtée; elle a signé pendant cette période des conventions de collaboration journalistique avec de nombreux médias d’Amérique latine, d’Europe, d’Afrique, d’Asie et même des États-Unis.
Après la réouverture des correspondances en Argentine, en Colombie et en Équateur, et l’inauguration de celle du Portugal, Prensa Latina avait en 1974 des bureaux dans 26 pays.
Au cours des années, elle a notamment accueilli à La Havane la première Réunion des rédacteurs de questions latino-américaines des agences socialistes et a établi des liens avec la CTK de Tchécoslovaquie, l’APN de Pologne, Tanjug de Yougoslavie et l’hebdomadaire français L’Express.
Dans les Caraïbes orientales, elle a ouvert ses premières correspondances en 1975 au Guyana et à la Jamaïque, puis en 1976 en Afrique, en Angola, et en Asie du Sud, au Sri Lanka. Elle a y compris commencé ses transmissions pour ces régions en espagnol, anglais et français.
L’agence a continué à établir progressivement des liens de coopération avec les médias les plus divers du monde : entre autres, l’agence TASS, en Union soviétique; l’ADN, en République démocratique allemande; la PTI, en Inde; la BBS, au Bangladesh; et l’ANOP, au Portugal.
Après avoir été interrompu depuis 1969, elle a repris en 1979 l’échange de services d’information avec l’agence nord-américaine Associated Press (AP) par un accord de coopération.
Cette même année, elle a également mis en place avec l’agence espagnole EFE un nouveau système de communications, par le satellite Interspoutnik, qui reliait La Havane à Madrid.
En 1989, Prensa Latina comptait 40 correspondances et un millier de clients recevaient en moyenne 300 dépêches par jour dans différentes langues.
Ces progrès ont été altérés par l’aggravation de la crise économique des années 90 à Cuba, qui l’a contrainte à réduire ses services, ses publications et ses bureaux, passant de 40 à seulement 16 à l’étranger.
Par la suite, en raison de la recrudescence du blocus des États-Unis contre Cuba, de nombreuses correspondances de Prensa Latina se sont heurtés à des obstacles pour ouvrir des comptes bancaires et effectuer des virements, ou encore pour les formalités de visa afin de couvrir des événements internationaux ou le transport de leurs journalistes.
Pendant toutes ces années, Prensa Latina a été dirigée par 10 directeurs généraux. Après son fondateur Jorge Ricardo Masetti, neuf autres ont assumé, à différents stades du développement de l’agence, les tâches complexes, non seulement de maintenir son fonctionnement, mais d’assurer sa croissance et son influence pour en faire un centre multimédia de référence.
Fernando Revuelta (1961-1962), José Felipe Carneado (1962-1967), Orlando Fundora (1967) et José M. Ortiz (1967-1970) ont mené l’agence face à de nombreuses agressions extérieures au cours de sa première décennie d’existence.
Manuel Yepe se chargea de la diriger de 1970 à 1973, lorsque les pressions s’intensifiaient contre PL. Il a été suivi par Gustavo Robreño en 1973, qui en a pris la tête jusqu’en 1984, quand Pedro Margolles en a pris les rênes. Au cours de son mandat, l’agence a ouvert ses bureaux en Éthiopie et au Nicaragua et l’a rouvert au Costa Rica, tout en modernisant son infrastructure technique grâce à l’automatisation des transmissions.
En 2003, Frank González en a pris la tête pour étendre les services d’information, ouvrir des bureaux, concevoir de nouvelles publications papier et créer un petit studio d’actualités vidéo.
À partir de 2010, sous la direction de Luis Enrique González (toujours en poste actuellement), Prensa Latina a pénétré dans le monde des médias sociaux, diversifié ses services d’information, modernisé ses portails, créé des sites d’information en langues française et arabe, a ouvert des bureaux de correspondance à Damas et à Port-au-Prince et rouvert ceux de Washington, Londres et San José.
En dépit des difficultés économiques, Prensa Latina, grâce aux efforts de son personnel, s’efforce d’élaborer et de diffuser chaque jour près de 400 dépêches en six langues, de produire une vingtaine d’émissions de radio et à y compris ouvert une radio en ligne.
Prensa Latina a également continué à signer des accords avec des agences de presse et d’autres types d’organisations; elle en compte plus d’une centaine.
Avec des bureaux dans près de 40 pays de tous les continents, Prensa Latina est le média cubain qui publie le plus d’informations chaque jour, et l’un des plus grands médias d’Amérique latine et des Caraïbes.
Son site est le portail cubain avec le meilleur positionnement sur Internet, selon le classement Alexa, et chaque jour, les abonnés augmentent sur les divers canaux de l’agence sur les réseaux sociaux, dont Facebook, Twitter, Youtube et Instagram.
*Journaliste de Prensa Latina
peo/arb/Mh

EN CONTINU
notes connexes