lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Comment Prensa Latina a affronté ses premières décennies d’existence

Par Jorge Luna La Havane (Prensa Latina) Après avoir survécu avec succès à ses 12 premiers mois, Prensa Latina a consacré les années 1960 et 1970 à étendre son rayon d'action pour concurrencer les grandes agences internationales, au milieu du harcèlement et de la persécution de ses correspondants.

En plein développement professionnel et technique, l’agence a ouvert plus de 20 bureaux à l’étranger et organisé un important groupe de collaborateurs, notamment en Amérique latine.
La jeune agence avait fait des progrès dans la consolidation de ses communications depuis La Havane et comptait à cette époque 12 circuits internationaux et de deux circuits nationaux diffusant 300 dépêches quotidiennes vers les pays socialistes de l’époque et vers plusieurs pays d’Amérique latine, du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Asie et d’Europe.
Mais elle se heurte aussi à d’importants obstacles de la part des États-Unis et de leurs alliés, notamment l’arrestation et l’expulsion de plusieurs de ses correspondants et la fermeture de certains de ses bureaux.
Au début de l’année 1960, John O’Rourke, rédacteur en chef du Washington Daily News – lié à Scripps-Howard et à UPI – a exhorté 50 directeurs de journaux latino-américains à faire taire Prensa Latina, ce que Jorge Ricardo Masetti, le premier directeur de l’agence, a rejeté dans une lettre adressée aux mêmes journalistes.
L’Association interaméricaine de la presse (IAPA) a demandé à ses membres – propriétaires des principaux médias de la région – de ne pas reconnaître Prensa Latina et de l’empêcher de fonctionner.
La même année, plusieurs gouvernements latino-américains, sous l’impulsion de l’OEA, ont rompu leurs relations diplomatiques avec Cuba. Les succursales de Prensa Latina au Guatemala, en Argentine et au Pérou, entre autres, ont été fermées, dans certains cas avec des raids et des violences contre leurs correspondants. En conséquence, le nombre de correspondants de Prensa Latina dans la région a été réduit à 10.
En 1962, en pleine guerre froide, un groupe armé a fait irruption dans ses bureaux à New York, a battu les employés et a détruit le bureau du correspondant.
Peu avant, le journaliste cubain Francisco V. Portela, correspondant en chef, a été jugé en vertu de la loi McCarran, ne respectant pas la liberté d’expression.
En 1969, le gouvernement étasunien a retiré à Prensa Latina sa licence d’exploitation aux États-Unis et a limité la couverture des journalistes de l’agence aux événements des Nations unies.
En 1979, Prensa Latina a signé un accord d’échange de services d’information avec l’AP, bien que la présence de ses correspondants de sur le territoire américain ait été constamment entravée par Washington.
Dans des circonstances qui n’ont pas encore été élucidées, le journaliste chilien et collaborateur Elmo Catalán Avilés a été assassiné avec sa femme en Bolivie.
Des correspondants à Montevideo, en Uruguay, qui avaient réussi à interviewer l’ambassadeur britannique Geoffrey Jackson dans la « prison populaire » clandestine du mouvement de libération nationale des Tupamaros, ont été arrêtés et, peu après, le régime a fermé le bureau du correspondant.
En 1972, le journaliste uruguayen Luis Martirena et son épouse Ivette Jiménez ont été assassinés par la police. Martirena avait été correspondant à Montevideo de 1965 à 1970 et directeur du bureau de La Havane de décembre 1970 à la mi-1971.
Toujours en 1972, le régime militaire bolivien a fermé le bureau du correspondant à La Paz. La même année, les correspondants de l’agence sont détenus à Quito, en Équateur, et mis au secret pendant plusieurs jours, avant d’être expulsés sans raison.
Au Chili, au début du processus mené par le président Salvador Allende, la première conférence nationale des journalistes de gauche a dénoncé une campagne internationale d’intrigues et de calomnies contre le gouvernement populaire et a reconnu Prensa Latina comme l’une des agences de presse ayant contribué à faire face à cette agression.
Le bureau à Santiago du Chili a travaillé pendant les trois années de l’Unidad Popular et a été investi par les militaires le jour même (11 septembre 1973) où le palais de la Moneda a été pris d’assaut et bombardé. Ses correspondants ont été arrêtés et expulsés du pays.
Des années plus tard, certains bureaux fermés pendant cette période, comme ceux d’Argentine, de Colombie et du Venezuela, ont commencé à être rouverts.
En 1964, Prensa Latina ouvre son premier bureau à Moscou, en Union soviétique, et l’année suivante, elle en ouvre un autre à Hanoï, en République démocratique du Viêt Nam, son premier correspondant en Asie.
En 1967 : ouverture de son premier bureau au Moyen-Orient, au Caire, en Égypte, puis à Beyrouth, au Liban (1970). En Europe également : Madrid, en Espagne, et Lisbonne, au Portugal. À la fin de 1974, elle comptait 26 succursales sur les cinq continents.
À partir de 1976, l’agence d’Information s’est pleinement impliquée dans le soutien au Mouvement des pays non alignés (MNA) et a également promu le pool d’agences de presse des pays non alignés, qu’elle a fini par présider.
Sous l’impulsion du MNA, PL a étendu ses relations et ses accords de collaboration avec les agences de presse syrienne SANA, irakienne INA, palestinienne WAFA et indienne PTI, ainsi qu’avec Montsame (Mongolie) et BSS (Bangladesh), entre autres.
Au milieu des années 70 : ouverture de ses premiers bureaux dans les Caraïbes anglophones : à Kingston, en Jamaïque, puis à Georgetown, en Guyane, et à Saint-Georges, à la Grenade.
En 1976 : ouverture officielle de sa succursale à Luanda, en Angola, puis à Colombo, au Sri Lanka, et, en 1978, à Addis-Abeba, en Éthiopie.
Au cours de ces 20 premières années, marquées par des processus politiques intenses et des conflits armés, avec des hauts et des bas, l’agence a réussi à maintenir sa présence dans la région et, en 1979, après le triomphe de la révolution sandiniste, elle a ouvert son bureau à Managua, au Nicaragua.
jcc/jl

EN CONTINU
notes connexes