mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La vague de chaleur sévère au Mexique durera encore 15 jours

Mexico, 15 juin (Prensa Latina) La vague de chaleur intense qui touche actuellement le Mexique, avec des températures supérieures à 45 degrés Celsius dans de nombreux endroits, se poursuivra pendant au moins 15 jours encore.

Victor Manuel Torres, spécialiste en météorologie tropicale à l’Université autonome du Mexique (UNAM), a expliqué que c’était la perspective dérivée de divers modèles climatologiques, et en juillet, une quatrième vague apparaîtrait, de sorte que les pluies seraient reportées.
Il a estimé que la situation actuelle était bien supérieure à la normale, car on s’attendait à ce qu’il y ait un système de pluie en juin, ce qui n’a pas été le cas jusqu’à présent, ce qui pourrait indiquer que le changement climatique pourrait être associé à cette anomalie, bien que cela soit encore à l’étude.
Il a expliqué que le régime chaud actuel était dû à une oscillation tropicale de Madden-Julian, qui se propage vers l’ouest, prend naissance dans l’océan Indien, dure jusqu’à 60 jours, se déplace lentement et devrait être neutre dans quelques jours.
Des vagues de chaleur comme celle de cette année ont été repérées des années précédentes, mais elles sont plus fréquentes à Mexico en raison du phénomène connu sous le nom d' »îlots de chaleur ».
Dans les villes densément peuplées, comme la capitale mexicaine, ce phénomène d’îlot de chaleur se superpose aux bâtiments et aux activités humaines, ce qui peut augmenter la température de deux degrés par rapport aux zones rurales.
Un autre universitaire, Benjamín Martínez, a expliqué que la capitale était l’une des zones le plus réchauffée, tout comme certaines zones du Chiapas, et que la tendance à long terme était à une très forte augmentation de la température dans le centre du pays.
« La chaleur intense a une portée négative sur l’agriculture, provoquant des dégâts aux cultures, des incendies de forêt et une pollution régionale, ce qui entraîne des pics de consommation d’électricité en raison de l’utilisation des climatiseurs ».
jcc/lma

EN CONTINU
notes connexes