samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela et l’Iran, la volonté de fonder un monde nouveau et solidaire

Caracas, 13 juin (Prensa Latina) Les 25 accords signés par les gouvernements du Venezuela et de l'Iran ont ratifié la fraternité entre deux nations aux profils communs, qui avancent aujourd'hui dans la réalisation d'un autre monde possible où le multilatéralisme est le destin commun.

Personne ne peut douter que, malgré les différences culturelles et historiques, les deux pays partagent actuellement des liens bilatéraux stratégiques dans les domaines politique, commercial et économique, ainsi que la vision du besoin de construire de nouvelles relations internationales.
Le président Nicolás Maduro a déclaré : « Nous sommes fidèles au commandant Hugo Chávez (1954-2013), qui avait une vision du rôle historique de l’Iran et du Venezuela dans la « construction d’un monde nouveau, juste et solidaire ».
Il a affirmé que cette vision précoce du dirigeant bolivarien a été ratifiée au fil des ans.
Maduro a souligné que la République islamique joue un « rôle de premier plan » en tant que l’une des puissances émergentes du monde nouveau, avec un développement impressionnant à tous les niveaux, ce qui en fait un point de référence pour les peuples qui luttent pour l’indépendance, la justice et une humanité plus digne de ce nom.
Le président du Venezuela a fait remarquer que, de manière modeste mais ferme et confiante, « après les vicissitudes, les agressions impériales avec plus de 900 sanctions unilatérales, le Venezuela est prêt à continuer d’avancer dans la construction d’un monde nouveau ».
Il a dénoncé que mille campagnes ont été menées contre son pays et a mentionné les récentes déclarations en Caroline du Nord de l’ancien président Donald Trump (2017-2021), qui a déclaré que l’objectif de son gouvernement et des sanctions était de faire s’effondrer la société vénézuélienne.
« Tout cela pour que la puissance impérialiste puisse s’emparer du pétrole vénézuélien et des richesses de la République bolivarienne », a-t-il dit, et il a souligné que Trump a déclaré sa culpabilité « contre le peuple noble et pacifique du Venezuela ».
Il a assuré que Trump, « ni aucun empire », ne pouvait pas contre la nation sud-américaine parce que « nous sommes engagés à construire un pays indépendant avec nos propres efforts », un nouveau modèle économique pour notre patrie.
« Modestement, nous disons au monde que Caracas est à l’avant-garde de la construction du nouveau monde multipolaire sans hégémonismes ; les empires et les hégémonismes mondiaux doivent prendre fin », a-t-il souligné.
Maduro a insisté sur le fait que l’Iran et le Venezuela sont unis dans l’âme, spirituellement et dans la construction de la stabilité économique.
Le chef de l’État vénézuélien a annoncé que 25 accords avaient été signés et que d’autres étaient encore en cours de négociation pour de nouveaux investissements et projets dans tous les domaines.
Les documents paraphés couvrent les télécommunications et les technologies de l’information, l’industrie du bétail et de la viande bovine et le transport maritime.
Ils comprennent également un mémorandum pour la mise en œuvre et le développement de la coopération portuaire et maritime, dans le domaine de la science et de la technologie pour la création d’un centre d’innovation et de technologie, ainsi qu’un programme d’échange culturel 2023-2028 et des bibliothèques.
D’autres accords portent sur la coopération dans le secteur minier, les bourses universitaires, la santé publique (produits pharmaceutiques et équipements médicaux), la coopération en matière d’assurance et la pétrochimie, entre autres.
Le président iranien Ebrahim Raisi, qui est arrivé hier à Caracas dans le cadre de sa première tournée en Amérique latine, qui inclut Cuba et le Nicaragua, a déclaré que la coopération avec le Venezuela était « profonde et stratégique » et a salué les progrès importants réalisés ces dernières années dans les domaines de l’économie, du commerce, de l’énergie et des services.
Les deux pays ont un ennemi commun qui ne veut pas que nous soyons indépendants, a-t-il souligné, et il a insisté sur le fait que depuis de nombreuses années, « nous avons maintenu cette amitié et l’avons démontrée, nous sommes des amis dans les moments difficiles ».
Il a indiqué que les accords signés sont l’expression de la volonté des deux pays de franchir des étapes plus importantes.
« La volonté est de porter l’échange de plus de trois milliards de dollars actuellement à 10 milliards et la prochaine étape est de l’augmenter à 20 milliards », a-t-il prédit.
ssa/oda/jcd

EN CONTINU
notes connexes