lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Deuxième jour de calme tendu après le pacte de trêve au Soudan

Khartoum, 19 juin (Prensa Latina) Un calme tendu règne au Soudan où la trêve de trois jours convenue dimanche d'une conférence internationale à Genève sur l'aide humanitaire sera apparemment observée pour la première fois.

Les frappes aériennes et les bombardements d’artillerie sur la capitale ont cessé dimanche et le calme régnait toujours dans la capitale lundi, alors que les habitants survivaient dans une chaleur étouffante, sans électricité et souvent sans eau.
Il semble que l’armée et les forces paramilitaires de réaction rapide (RSF) respecteront cette fois le cessez-le-feu (violé plus d’une douzaine de fois) pour accorder à l’aide humanitaire la possibilité d’entrer dans ce pays, théâtre d’affrontements sanglants entre les deux forces depuis le 15 avril.
Selon les Nations Unies, plus de deux mille personnes sont mortes et près de deux millions et demi ont été déplacées en raison du conflit qui a plongé le pays dans une spirale incontrôlable de violence et d’effusion de sang.
Quelque 528 000 personnes ont cherché refuge dans les pays voisins, selon l’Organisation internationale pour les migrations, tandis que la nourriture et les services de base font défaut ; selon des sources médicales locales, au moins 75 % des hôpitaux situés dans les zones de combat sont hors service.
Cependant, un Soudanais sur trois souffrait de la faim avant la guerre ; aujourd’hui, 25 millions de personnes, soit près de la moitié de la population, ont besoin d’une aide humanitaire pour survivre, selon les Nations unies. L’objectif de la conférence de Genève, organisée par l’Arabie saoudite, est de libérer des fonds dans le but de financer cette aide, alors que les agences des Nations unies n’ont même pas reçu un cinquième du financement dont elles ont besoin.
Parmi les autres participants figurent le Qatar, l’Égypte, l’Allemagne, l’agence humanitaire des Nations unies (OCHA), l’Union européenne et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).
jcc/ycv

EN CONTINU
notes connexes