vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Appel à la fin de la violence au Congo démocratique

Kinshasa, 20 juin (Prensa Latina) Le coordonnateur humanitaire des Nations Unies pour la République démocratique du Congo (RDC), Bruno Lemarquis, a fait part de ses préoccupations concernant la situation dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu.

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a fait état de besoins humanitaires accrus en raison de la montée de la violence, des pénuries alimentaires et de la propagation des maladies dans cette région du pays.
Selon certaines informations, depuis mars 2022, plus d’un demi-million de personnes ont quitté leur foyer au Nord-Kivu, au Sud-Kivu et en Ituri, et le nombre de personnes déplacées dans le pays s’élève à 6,3 millions, chiffre le plus élevé d’Afrique.
Récemment, des membres présumés du groupe armé Coopérative pour le Développement Congo (Codeco) ont attaqué un camp de déplacés dans la province d’Ituri, faisant une cinquantaine de morts parmi les civils.
Le groupe armé Codeco est composé de membres de la communauté lendu en conflit avec les Hema en Ituri.
Les communautés lendu (agriculteurs) et hema (éleveurs) se disputent depuis longtemps, faisant des milliers de morts entre 1999 et 2003.
De même, huit autres personnes ont récemment été brutalement tuées lors d’une attaque perpétrée par des membres présumés des Forces démocratiques alliées (ADF), liés au groupe djihadiste État islamique dans la ville de Kasindi, au Nord-Kivu, près de la frontière ougandaise.
Depuis 2021, dans l’est de la RDC, l’armée et ses forces alliées, qui combattent également le Mouvement du 23 mars, mènent des opérations militaires contre les ADF, groupe qui occupe des zones des régions du Nord-Kivu et de l’Ituri.
Tous ces affrontements ont déjà fait des milliers de morts dans le pays et des millions de déplacés, et l’ONU craint que la situation déjà dramatique ne s’aggrave.
peo/mem/fvt

EN CONTINU
notes connexes