jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Contre-offensive en Ukraine?

Caracas (Prensa Latina) Le dernier jour d'avril de cette année, un rapport du quotidien londonien The Times citant des fonctionnaires britanniques a déclaré que, bien que les forces armées ukrainiennes n'aient pas été préparées à une contre-offensive, elles n'avaient pas d'autre choix que de la mener. Les sources ont ajouté qu'il était peu probable que l'Ukraine réalise plus que de "modestes gains territoriaux" en affrontant les forces armées russes. Elles ont affirmé que les analystes des services de renseignement nord-américains étaient du même avis.

Par Sergio Rodríguez Gelfenstein*, collaborateur de Prensa Latina

Quelques jours plus tard, le 10 mai, le conseiller du chef du bureau présidentiel ukrainien, Mikhail Podoliak, a affirmé que le conflit entre la Russie et l’Ukraine n’était pas « un film hollywoodien » et qu’il ne fallait pas s’attendre à ce que la contre-offensive de Kiev soit un tournant. Selon le fonctionnaire, « ce n’est pas une question de semaine ou de mois. Il s’agit de plusieurs événements, car l’un peut être plus réussi [un jour] et l’autre moins ». Il a ajouté que la contre-offensive pourrait ne pas être un événement unique, mais une série d’événements prolongés : « Il n’y a pas de scénario dans lequel nous pourrions nous arrêter au milieu »,
Le ministre ukrainien de la défense, Olexii Reznikov, a confié au Washington Post que les attentes d’une contre-offensive ukrainienne étaient surestimées
: « La plupart des gens s’attendent à quelque chose de majestueux, ce qui peut conduire à une déception émotionnelle. Les partenaires occidentaux m’ont dit qu’ils avaient maintenant besoin du prochain exemple de succès, car nous devons le montrer à nos peuples… Mais je ne peux pas vous dire quelle sera l’ampleur de ce succès : dix kilomètres, trente kilomètres, cent kilomètres, deux cents kilomètres ? Idéalement, l’offensive devrait couper les lignes arrière des troupes russes et réduire leurs capacités offensives ».
Les signes de l’échec.
En lisant l’ensemble de ces déclarations, on a l’impression que l’on prépare l’opinion publique à l’échec d’une action initiée sous la pression du temps, puisqu’elle avait été qualifiée de « contre-offensive de printemps » et devait donc démarrer rapidement.
La réunion du G-7 à Hiroshima en mai dernier a semblé influencer le démarrage rapide d’une telle opération. En effet, ce qui se jouait en Ukraine était une confrontation entre démocraties et autocraties. D’où l’importance pour l’Occident de la contre-offensive tant évoquée. En réalité, elle sert davantage les intérêts de l’Occident que ceux de l’Ukraine.
On a « vendu » que la contre-offensive mettrait définitivement fin à la guerre en faveur de l’Ukraine. Le problème est que cette action et son succès dépendaient de l’effondrement de l’économie russe, qui ne permettrait pas à Moscou d’y répondre avec succès.
De plus, la pression occidentale déchaînerait un mécontentement en Russie, conduisant à des troubles publics et même à la possibilité d’un coup d’État contre le président Poutine.
On a insinué à profusion que l’arrivée des systèmes antiaériens Patriot d’abord, des chars Leopard, Abrams et Challenger ensuite, et des missiles à longue portée Storm Shadow et des avions F-16 maintenant, serait décisive pour l’issue du conflit. Rien de tout cela.
Ces derniers jours, les médias occidentaux ont commencé à évoquer l’échec possible de la contre-offensive, mettant en évidence les craintes de l’Occident quant aux conséquences pour ses citoyens. On a dit que, même s’il n’y a pas de contre-offensive, celle-ci avait déjà été un succès car forçant la Russie à fortifier une grande partie de son territoire, l’obligeant à dépenser une grande quantité de ressources qui n’étaient pas prévues. Un point de vue qui ne résiste pas à la moindre analyse sérieuse.
Fissures dans le trumpisme et les élections nord-américaines.
La peur commence à se répandre dans de nombreux milieux. Et les fissures sont de plus en plus visibles. Les questions, signes de doute et l’incertitude, sont de plus en plus fréquentes. Le triomphalisme des campagnes de propagande commence à s’essouffler. Les opinions s’affrontent : les politiques reflètent les souhaits, les militaires, les réalités. Il n’y a pas eu de victoires, et il ne semble pas qu’il y en ait à moyen et long terme.
Le spectre des élections aux Etats-Unis plane sur le gouvernement ukrainien et sur l’Europe. L’éventualité d’une victoire républicaine qui interromprait, ou du moins réduirait considérablement, le flux d’aide à Kiev suscite une crainte non dissimulée dans les capitales européennes. L’appréhension n’émane pas de l’amour et de l’inquiétude pour les peuples d’Ukraine, utilisés comme chair à canon pour défendre les intérêts occidentaux, mais des échos d’une probable victoire russe dans le concours et de l’échec des États-Unis, de l’OTAN et de l’Europe dans ce même concours.
Si la contre-offensive ne fonctionne pas, elle marquera la conscience des citoyens européens, surtout si le conflit s’éternise et que les capacités des gouvernements à répondre aux besoins de la population commencent à poser la question de savoir combien de temps leurs impôts continueront à être utilisés pour envoyer des armes à l’Ukraine alors que leurs propres problèmes ne sont pas résolus.
Des faits confirmés.
Après de nombreuses annonces, la contre-offensive semblait avoir commencé dimanche dernier, avec une opération dans cinq directions d’abord et dans sept deux jours plus tard, créant au total, en trois jours de combats sur tous les fronts, la perte par l’Ukraine de près de trois mille 715 soldats, 52 chars, 207 véhicules blindés, 134 voitures, cinq avions et deux hélicoptères, sans que Kiev ne puisse atteindre ses objectifs selon le ministère russe de la Défense.
D’autre part, des sources ouvertes ont fait état de la destruction confirmée de 77 chars, véhicules de combat d’infanterie et véhicules blindés de transport de troupes ukrainiens. En réalité, le nombre est nettement plus élevé, mais dans ce cas, nous ne parlons que de pertes confirmées.
Si l’on s’en tient à ces chiffres – qui ne sont pas exacts -, à en juger par la quantité de matériel détruit, les troupes ukrainiennes ont perdu entre 7 et 7,5 milliers de combattants, tués et blessés, en huit jours d’offensive au cours desquels elles ont utilisé une tactique inexplicable d’attaques frontales contre la défense russe bien établie, disloquée sur un terrain solidement préparé du point de vue de l’ingénierie.
Il faut dire qu’au cours de ces premiers jours, une grande partie des véhicules ukrainiens ont été touchés avant de s’approcher des positions russes, ce qui est le résultat d’un minage dense et d’une bonne interaction avec l’aviation et l’artillerie. Quoi qu’il en soit, le président Poutine lui-même a prévenu que la Russie ne pouvait pas être confiante car les formations ukrainiennes disposent encore de réserves importantes et n’ont pas encore porté le coup principal.
Deux semaines après le début de l’offensive des forces armées ukrainiennes, il est clair que leur armée n’a pas fait preuve d’une tactique originale et lucide sur le terrain, ce qui leur a fait perdre la partie la plus active (et la plus mobile) de leur avant-garde.
Les lourdes pertes en personnel et en matériel ont entraîné l’échec de la planification, basée sur une avancée rapide de 20 à 40 km. Cela a contraint le commandement ukrainien à procéder à des ajustements : l’une des tâches du plan de réserve dans chaque direction semble désormais être non pas une percée profonde dans la ligne défensive des forces armées russes, mais l’expansion des têtes de pont qu’elles parviennent à obtenir à l’ouest et à l’est afin d’être en mesure de déplacer des réserves supplémentaires. C’est ce qui a commencé à être vérifié depuis les 13 et 14 juin, mais cela n’a pas fonctionné non plus.
Les points faibles de l’Ukraine.
L’Ukraine a fait preuve d’une incapacité opérationnelle à faire entrer ses réserves, ce qui, dans le cadre d’une offensive, est reprochable. On peut conclure que les coups importants portés par la Russie à ses moyens de transport et à sa logistique commencent à se faire sentir. Quelque 65 % des moyens envoyés à l’offensive au cours des premiers jours ont été détruits ou mis hors d’état de fonctionner.
D’autre part, la Russie a démontré un nouveau modus operandi tactique que les forces armées ukrainiennes ont mis du temps à comprendre. L’armée russe abandonne des petits villages ou hameaux dont les coordonnées ont été précisément étudiées au préalable. Ils sont occupés par l’Ukraine, qui célèbre leur prise pour la plus grande joie de ses commandants et les hurlements des médias acolytes qui, à grands renforts de titres grandiloquents, évoquent « les premiers succès de la contre-offensive ».
Mais quelques heures plus tard seulement, l’espace réduit conquis et la préparation ponctuelle de l’artillerie, de l’aviation et des missiles ont frappé avec une précision et une force extraordinaires les forces ukrainiennes surprises qui ont été forcées d’abandonner les territoires « occupés ». La particularité de ce phénomène est qu’il s’est répété plusieurs fois au même endroit. Un cas emblématique est le hameau de Piatijatki, où l’Ukraine a subi des pertes énormes et inutiles, ce qui n’a été compris que par la maladresse des dirigeants politiques qui envoient leurs jeunes soldats vers une mort certaine, uniquement pour se conformer aux exigences de poursuite de l’offensive ordonnée par Washington, Bruxelles, Londres et Berlin.
Le désespoir de l’OTAN et de l’Union européenne (UE) est évident. Dimanche 11, l’UE a déclaré dans un communiqué qu’elle allait accélérer la livraison d’armes à Kiev, tout en admettant que les combats pourraient encore durer des mois.
Que dit la grande presse nord-américaine ?
Le Wall Street Journal est allé jusqu’à dire que la « contre-offensive est terminée » et que « les forces armées ukrainiennes ont subi d’énormes pertes », ce qui a contraint les commandants à interrompre les opérations pour étudier d’autres moyens de percer les lignes de défense russes et de résoudre le problème de l’infériorité aérienne.
De son côté, le New York Times annonçait avec inquiétude que « certaines des armes très médiatisées données par les alliés sont devenues si décrépites qu’elles ont été jugées aptes à être cannibalisées pour les pièces détachées ». Dans le même ordre d’idées, le 17 juin, le Washington Post, après avoir interrogé des experts non identifiés, a déclaré qu’il était peu probable que l’Ukraine soit en mesure de progresser rapidement dans la contre-offensive.
Ils ont découvert tardivement que la Russie avait solidement fortifié les zones d’attaque probables, les transformant en véritables casse-tête pour les commandants militaires ukrainiens. Il convient de noter que le haut commandement russe a réussi à déterminer les principales directions de l’offensive ukrainienne, à concentrer les forces et les ressources et à éliminer le facteur de surprise décisif qui aurait pu favoriser Kiev. Cela a permis à la Russie de détruire, dans les premiers jours, une grande quantité d’armes et d’équipements qui rendaient le succès d’une telle action encore moins viable en stoppant et/ou en ralentissant l’offensive, qui a finalement été menée à travers les zones où la Russie a concentré le meilleur de ses forces et de ses moyens, entraînant les forces armées ukrainiennes dans un véritable brasier de feu, de destruction et de mort.
L’issue plausible.
Il reste à voir ce que fera le commandement ukrainien assiégé. Dans les conditions actuelles, il ne serait pas surprenant que la Russie déclenche une offensive dans le nord, obligeant l’Ukraine à redéployer ses réserves pour faire face à une telle action, ce qui mettrait un terme définitif à son offensive. Si cela se produit, ce sera le début de la fin de cette opération mythologique et fantaisiste.
jcc/srg
*Certificat en études internationales, maîtrise en relations internationales et mondiales. Doctorat en études politiques
(Extrait de Firmas Selectas de Prensa Latina)

EN CONTINU
notes connexes