jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un consultant étasunien rédige une constitution contre la Bolivie

La Paz, 26 juin (Prensa Latina) L'analyste économique bolivien Martín Moreira a estimé que le projet de constitution néolibérale récemment attribué à l'ex-président Gonzalo Sánchez de Lozada (Goni), en fuite depuis 2003, a été rédigé par une société de conseil nord-américaine.

C’est un homme de 92 ans (Goni), devant être en prison en Bolivie, qui envoie une proposition avec des intérêts très forts des États-Unis sur la question du lithium », a dit Moreira.
Dans une interview accordée à la chaîne publique Bolivia TV, Moreira a souligné que cette initiative n’était pas née du néant, car de nombreux intérêts économiques et politiques en sont la toile de fond.
Le document est né dans le contexte d’un récent coup d’État (2019) ayant tenté de détruire le modèle économique productif social-communautaire reposant sur la Constitution politique plurinationale de l’État (CPE).
« La proposition qu’ils font est qu’ils veulent entrer au gouvernement et, dans un délai de quatre mois, demander une assemblée constituante pour réformer la Constitution afin de leur donner la liberté de gérer les questions économiques et politiques ».
Ces groupes, soutenus par Washington, ont l’intention de revenir dans la République et d’éliminer tout ce qui a été construit en faveur des peuples indigènes et de la redistribution des richesses entre tous les secteurs de la société.
Il a insisté sur le fait qu’ils avaient l’intention de détruire tous ces avantages, d’annuler les subventions, de dévaluer la monnaie et de vendre les ressources naturelles au secteur privé.
L’expert a rappelé que pendant le mandat de Goni (1993-1997 et 2002-2003), soutenu par le Mouvement révolutionnaire national, le pays a eu recours à des prêts de plusieurs millions de dollars du Fonds monétaire international pour payer les salaires du secteur public.
Dans le même temps, toutes les entreprises publiques stratégiques ont été vendues et des mesures néolibérales ont été appliquées, et cela n’a fait que nuire à l’ensemble de la population.
Les données de la Banque centrale de Bolivie illustrent qu’en décembre 2004, la dette publique de la Bolivie s’élevait à 6 925,5 milliards de dollars, soit 78,9 % du produit intérieur brut.
Moreira a réaffirmé que les propositions élaborées et attribuées à Sánchez de Lozada par la société de conseil impliquée visent à créer une incertitude politique et une instabilité économique en Bolivie.
Fin avril, dans un discours prononcé à Potosí, le président Luis Arce a mis en garde contre les déclarations du général quatre étoiles Laura Richardson, chef du commandement sud de l’armée nord-américaine.
« À trois reprises, on nous a envoyé un message : ils s’intéressent au lithium bolivien, ils s’intéressent à nos réserves de lithium. Ils nous considèrent comme si nous étions leur réserve, alors que le lithium appartient aux Boliviens, le lithium est à nous, c’est notre ressource naturelle et nous devons la défendre », a dit le président.
jcc/jpm

EN CONTINU
notes connexes