mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

En Équateur, les îles Galápagos sont en crise

Quito, 27 juin (Prensa Latina) La maire de l’île de Santa Cruz dans le parc national des Galápagos, Fanny Uribe, a averti aujourd’hui que la crise dans cet archipel en Équateur a un impact sur l’économie locale.

Selon Uribe, les pénuries de produits et le manque de gaz affectent également le niveau des services offerts aux touristes.
Dans des déclarations au portail numérique Primicias, la fonctionnaire a révélé que les commerçants des îles Galápagos ont cessé de recevoir plus de 40 pour cent des marchandises qu’ils achetaient mensuellement en raison de l’absence de planification par l’entreprise d’État Petroecuador, le ministère des Transports et le Conseil des gouverneurs pour la gestion de la crise.
Les Galápagos ont fait un bon de 100 ans en arrière, a averti Uribe, tout en se déclarant préoccupée par l’absence de réponse des autorités nationales et en appelant à des mesures urgentes.
Le 26 mars dernier, le navire Isla de la Plata, l’un des deux navires qui approvisionnaient deux fois par mois les îles, a subi une panne qui a provoqué des pénuries et l’augmentation des prix de produits tels que les œufs, riz, oignons, pommes de terre, céréales et certains fruits.
À l’heure actuelle, les vivres et autres intrants pour cette zone ne parviennent que par le biais d’un bateau, dénommé Fusion, qui a une capacité de 3 500 tonnes. Malgré le fait que les besoins de l’archipel sont de neuf mille tonnes de produits entre chaque livraisons.
Des commerçants et des résidents de ces îles équatoriennes ont déclaré que la rupture des approvisionnements a provoqué un système mafieux de paiement de pots-de-vin pour acheminer des cargaisons ou accélérer le processus de retrait des marchandises.
De même, les prix des produits tels que les pastèques, qui dans la nation andine s’achètent pour deux dollars, ont augmenté, ils atteignent quatre dollars lorsqu’ils sont transportés sur ce territoire par bateau.
Vendredi dernier, le directeur de la Chambre du tourisme des Galapagos, Andrés Ordóñez, a expliqué que dans ce secteur, toute la chaîne est touchée, des restaurants, bars et cafés aux hôtels et bateaux touristiques.
peo/ro/nta

EN CONTINU
notes connexes