lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le rapporteur de la justice électorale du Brésil a appelé à la disqualification de Bolsonaro

Brasília, 28 juin (Prensa Latina) Le rapporteur général de la justice électorale du Brésil, le ministre Benedito Gonçalves, a condamné hier l'ancien président Jair Bolsonaro pour les abus de pouvoir commis lors de la dernière élection et a voté en faveur de sa disqualification pour huit ans.

« Je considère partiellement la demande de condamner le premier accusé, Jair Messias Bolsonaro, pour la pratique de l’abus de pouvoir politique et l’utilisation abusive des médias lors des élections de 2022 », a dit Gonçalves, rapporteur dans la deuxième session étendue du procès qui s’est tenue au Tribunal supérieur électoral (TSE).
Une telle décision a été prise « en raison de sa responsabilité directe et personnelle dans la conduite illicite pratiquée au profit de sa candidature à la réélection. Je prononce sa déchéance pour une durée de huit ans à compter des élections de 2022 », a-t-il réaffirmé.
Pour le magistrat, il y a eu détournement de finalité dans l’utilisation du « pouvoir symbolique du président et de la position du chef de l’Etat pour dégrader l’environnement électoral ».
En juillet 2022, en plein conflit présidentiel, Bolsonaro a réuni des ambassadeurs étrangers pour lancer des attaques infondées contre le système électoral et les urnes électroniques.
Il a utilisé la structure publique, le palais de l’Alvorada (résidence officielle) et TV Brazil, ainsi que les réseaux sociaux. Il a également répété des thèses déjà démenties sur le sujet.
Lors du vote, Gonçalves a affirmé que Bolsonaro avait influencé l’électorat, mobilisé des « sentiments négatifs », attisé les tensions institutionnelles et « instigué la croyance que la falsification des résultats était une menace pesant sur le procès de 2022 ».
« Il n’est pas possible de fermer les yeux sur les effets antidémocratiques des discours violents et des mensonges qui mettent en péril la crédibilité de la justice électorale », a déclaré le juge dans sa lecture.
Il a voté pour l’acquittement du général Walter Braga Netto, qui était le candidat de Bolsonaro à la vice-présidence lors de l’élection d’octobre.
Après le vote du rapporteur, les ministres Raúl Araújo, Floriano de Azevedo Marques, André Ramos Tavares, Carmen Lucía (vice-présidente du TSE), Nunes Marques et, enfin, Alexandre de Moraes, le président de la Cour, voteront pour l’acquittement du général Walter Braga Netto.
La session du 29 juin était réservée au procès et la défense de l’ancien militaire a indiqué qu’elle souhaitait faire appel de la décision de la Cour.
Quinze autres actions contre l’ancien président d’extrême droite pourraient également conduire à l’inéligibilité.
jcc/ocs

EN CONTINU
notes connexes