vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les réserves d’eau douce de Montevideo s’épuisent

Montevideo, 3 juillet (Prensa Latina) Les réserves d’eau douce de cette capitale sont aujourd’hui en dessous de deux pour cent et bientôt celle qui court par les tuyaux cessera d’être potable.

La semaine dernière, le barrage de Paso Severino, principale source d’approvisionnement de la capitale, a perdu un million de mètres cubes de ce liquide vital.
L’eau fournie par les Travaux Sanitaires de l’État est buvable mais non potable, en raison des paramètres élevés de chlorures et de sodium.
Quand Paso Severino sera sec, ce sera la fin de l’eau buvable, comme l’a défini le ministre de l’Environnement, Robert Bouvier.
Il faudra alors se tourner vers le Rio de la Plata, de sorte que l’eau aura un statut sanitaire. Cela signifie qu’elle sert à l’assainissement, au nettoyage et au lavage mais qu’elle n’est pas propre à la consommation humaine.
Le Rio de la Plata apporte des niveaux plus élevés de chlorures, de sodium et de sédiments.
Un réservoir provisoire est en cours d’exécution pour transférer l’eau du fleuve San José à Santa Lucia, dont le bassin alimente Paso Severino.
Selon le président Luis Lacalle Pou, le chantier sera prête dans un mois et permettra l’approvisionnement, mais avec les niveaux et la qualité de l’eau actuels, non potable.
D’autres sources indiquent que le chantier prendra plus de temps, tandis que les météorologues ne s’accordent pas sur l’arrivée des pluies, certains prédisant septembre et d’autres fin novembre et début décembre.
En Uruguay, l’urgence agricole est régie par la sécheresse au niveau national, tandis qu’à Montevideo, Canelones et la zone métropolitaine le gouvernement a décrété l’urgence hydrique.
peo/jcm/ool

EN CONTINU
notes connexes