dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le conflit armé aggrave la situation humanitaire au Tchad et au Soudan

N'djamena, 5 juillet (Prensa Latina) L'organisation non gouvernementale International Rescue Committee (IRC) a mis en garde contre l'aggravation de la situation humanitaire au Soudan et au Tchad en raison de l'escalade de la violence au Darfour.

« Cette crise est pire que la dernière crise majeure vécue il y a vingt ans au Soudan, soulignant la nécessité d’un soutien immédiat et substantiel », a déclaré le directeur d’urgence de l’IRC pour le Tchad, Mwiti Mungania.
La situation déjà détériorée dans la région est maintenant exacerbée par l’intensification des conflits interethniques de longue date dans l’ouest du Soudan, qui a des frontières avec la République centrafricaine, le Tchad, le Sud-Soudan et la Libye.
L’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) estime que 250 000 Soudanais pourraient arriver au Tchad cette année.
Mungaina s’est dit préoccupé par l’aggravation de la situation et par les histoires horribles de violence racontées par ceux qui parviennent à échapper à la spirale de violence et de chaos que connaît le Soudan depuis le 15 avril en raison des affrontements entre l’armée et les Forces de soutien rapide (RSF).
Selon certaines informations, des réfugiés du Darfour dénoncent les massacres de la minorité locale Masalit par des milices arabes avec le soutien présumé des paramilitaires de la RSF.
Le directeur des urgences de l’IRC a souligné qu’en dépit des énormes besoins humanitaires, les ONG ne reçoivent que 11 % des 226 millions de dollars estimés nécessaires à l’aide des réfugiés au Tchad.
Le mois dernier, le premier ministre tchadien Saleh Kebzabo a déclaré que les réfugiés soudanais épuisaient les ressources de son pays et a appelé la communauté internationale à accroître cette compensation.
Plus de 560 000 Soudanais ont fui vers les pays voisins, dont plus de la moitié vers l’Égypte, depuis le début du conflit, dont la solution n’est pas en vue à court ou moyen terme et dont les conséquences affectent toute la région, théâtre de conflits de longue date entre nations voisines et groupes ethniques, selon le HCR.
jcc/ycv

EN CONTINU
notes connexes