mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Europe devrait écouter l’Amérique latine

Bruxelles, 10 juillet (Prensa Latina) La présidente du mouvement Intal Globalize Solidarity, Paula Andrea Polanco, a déclaré aujourd'hui que l'Union européenne (UE) devrait écouter les appels à la paix et au respect de la souveraineté émanant de l'Amérique latine et des Caraïbes.

Dans une interview accordée à Prensa Latina, l’activiste sociale a estimé que les relations décolonisées, le dialogue et l’attention portée aux propositions devraient marquer le sommet entre l’UE et la Communauté des États latino-américains et caribéens (Celac), qui doit se tenir les 17 et 18 juillet à Bruxelles.
D’après Polanco, la rencontre alternative qui se tiendra en parallèle, le Sommet des Peuples, aura pour objectif d’exiger de l’UE qu’elle abandonne sa vision colonisatrice et son ingérence dans les pays de l’autre côté de l’Atlantique qui n’acceptent pas l’hégémonie que les centres de pouvoir tentent d’imposer.
« Nous organisons collectivement ce Sommet des peuples, à partir duquel nous exigerons non seulement le respect de la souveraineté de l’Amérique latine et des Caraïbes, mais aussi que leurs appels soient entendus ».
À cet égard, elle a insisté sur le fait que l’UE ne peut pas dire à la région comment construire les traités ou mettre en place la transition écologique, et qu’elle devrait plutôt apprendre d’elle.
« Par exemple, l’UE pourrait écouter ceux qui, dans cette partie du monde, proposent des solutions pour sortir de la guerre en Ukraine et préconisent d’abandonner les impositions bellicistes des États-Unis, dont les intérêts n’ont rien à voir avec ceux des peuples européens ».
Cependant, a-t-elle averti, nous savons que l’UE tentera, lors de ce sommet avec la Celac, d’imposer sa vision à l’encontre de la Russie, marquée par des sanctions et l’envoi d’armes pour alimenter le conflit.
Pour Polanco, l’Europe devrait imiter la voie choisie par la Celac qui, en 2014, a déclaré l’Amérique latine et les Caraïbes zone de paix lors de la réunion de ses chefs d’État et de gouvernement à La Havane.
« Au Sommet des Peuples de Bruxelles, nous défendrons trois principes : le respect de la souveraineté et de l’autodétermination, le respect de la décision de la Celac sur la paix et le soutien au scénario de l’émergence d’un monde multipolaire », a souligné la présidente d’Intal Globalize Solidarity.
Elle a indiqué que la réunion des mouvements sociaux, des syndicats et des forces politiques progressistes exigera également que l’Europe renonce à l’armement nucléaire.
Polanco a dénoncé le fait que, sur le territoire européen, des organisations non gouvernementales se font les porte-parole de tentatives de domination, en ignorant le rôle des entreprises transnationales et leur impact négatif sur les pays d’Amérique latine et des Caraïbes.
En ce qui concerne la domination et l’ingérence, elle a affirmé que le Sommet des peuples rejettera les mesures coercitives unilatérales à l’encontre des nations de la région.
peo/ssa/jf/wmr

EN CONTINU
notes connexes