samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Parlement du Salvador prolonge le régime d’exception

San Salvador, 12 juillet (Prensa Latina) L'Assemblée législative du Salvador a approuvé aujourd'hui la prolongation d'un mois du régime d'exception pour affronter les gangs et maintenir la nation comme l'une des plus sûres au monde.

La norme approuvée le 27 mars 2022 sera prolongée à partir du 16 juillet pour la seizième fois et, à cette occasion, en plus de la suspension de diverses garanties constitutionnelles, elle introduit des changements dans le système de condamnation qui s’applique aux membres de gangs.
Les membres du cabinet de sécurité du président Nayib Bukele, le ministre de la Défense René Merino Monroy et le ministre de la Justice et de la Sécurité Gustavo Villatoro, lors de la présentation de l’initiative à l’Assemblée, ont réitéré qu’elle doit être prolongée et maintenue jusqu’à la présence du dernier membre d’un gang dans les rues.
Depuis le 27 mars 2022, 71 479 terroristes ont été arrêtés, la désignation légale des membres de gangs, à qui plus de 3 000 armes à feu, 4 690 véhicules, 17 359 téléphones portables et plus de trois millions de dollars ont été saisis, entre autres.
Merino a ajouté que le taux d’homicides fin 2022 était de 7,8 pour 100 000 habitants, et que cette année il oscillait entre 1,9 et 2,8 %, résultats qui feraient que le Salvador est devenu le pays le plus sûr du continent américain.
La mesure suspend les droits de la défense, article 12, alinéa de la Constitution, la période de détention de 72 heures, article 13, deuxième alinéa, et l’inviolabilité de la correspondance, article 24.
Elle est décrite par les organisations humanitaires comme une violation des droits de l’homme et aurait provoqué l’arrestation de plus de cinq mille personnes innocentes, dont beaucoup ont été libérées par le gouvernement, ainsi que la mort en détention de plus d’une centaine de salvadoriens.
La députée Marleni Funes, du Front Farabundo Martí, a sévèrement critiqué les arguments utilisés par le parti au pouvoir pour institutionnaliser cette mesure et a réitéré que son parti ne défend ni les terroristes ni les criminels.
L’approbation de cette mesure, comme chaque mois, a été précédée de vives attaques entre opposants et députés favorables au gouvernement.
La prolongation a été approuvée par 67 voix pour, 10 contre, 2 abstentions et 5 absents.
peo/ivp/oda/lb

EN CONTINU
notes connexes