dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie accuse l’Ukraine d’avoir attaqué le pont Kertch en Crimée

Moscou, 17 juillet (Prensa Latina) Le pont de Kertch reliant la Crimée au continent russe a été endommagé aujourd’hui par une attaque ukrainienne, a déclaré le président du Conseil d’État de la République russe de Crimée, Vladimir Konstantin.

« Ce lundi, le gouvernement ukrainien a commis un nouveau crime : il a attaqué le pont de Kertch. Kiev ne pouvait pas ignorer que la partie automobile du passage est une installation exclusivement civile. Mais cela n’a jamais arrêté les terroristes. Ni ne les arrêtera pas dans le futur », a écrit Konstantinov sur sa chaîne Telegram.
Il a déclaré que «la voie ferrée sur le pont n’a pas été affectée par l’attaque» et a rappelé que la péninsule reste reliée au reste de la Russie par un couloir terrestre dans le nord, en plus d’avoir une expérience dans le service de ferry. «Nous ne sommes pas isolés», a-t-il assuré.
Le gouverneur de Crimée, Sergueï Akissonov, a annoncé lundi matin la suspension de la circulation sur le pont du détroit de Kertch en raison d’une «urgence» près du pilier 145, du côté de la région de Krasnodar.
Son homologue de Belgorod, Viatcheslav Gladkov, a ensuite rapporté qu’une fillette de cette province russe avait été blessée lors de l’attaque et que ses deux parents étaient décédés.
Le ministère des Transports de Russie a précisé que «le revêtement routier» du pont a été endommagé, bien que les tronçons soient toujours sur ses piliers, tandis que le Comité d’enquête pour la Crimée et Sébastopol a envoyé sur place un groupe de juges d’instruction et d’experts de la police scientifique pour mener les enquêtes.
Le 8 octobre dernier, une explosion a tué quatre personnes et détruit un tronçon du pont du détroit de Kertch, qui relie la Crimée à la province de Krasnodar. La Russie a qualifié cet acte d’acte terroriste et a présenté des preuves contre le gouvernement de Kiev, qui a à l’époque nié être impliqué.
Mais récemment, la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Anna Maliar, a reconnu que l’attentat de l’année dernière contre cette installation avait été lancée par l’Ukraine pour frapper la logistique russe en Crimée.
peo/mem/Gfa

EN CONTINU
notes connexes