mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président colombien propose de modifier le système financier mondial

Bruxelles, 18 juillet (Prensa Latina) Le système financier mondial doit être modifié afin d'évoluer vers une économie décarbonée, a déclaré aujourd'hui le président colombien Gustavo Petro au Forum des leaders progressistes à Bruxelles.

Lors de la réunion organisée dans le cadre du troisième Sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne et de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (UE-CELAC), Petro a souligné que le système financier mondial était inadapté à la planification d’une transition vers une économie décarbonée.
« Il ne peut y avoir de transition vers une économie décarbonée à l’échelle requise pour sauver la vie sur la planète s’il n’y a pas d’articulation et de planification de la part des autorités publiques », a-t-il souligné.
La décarbonisation est le processus de réduction des émissions de carbone, en particulier des émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, et son objectif est de parvenir à une économie mondiale à faibles émissions qui atteigne la neutralité climatique grâce à la transition énergétique.
D’après le dirigeant colombien, ce changement est essentiel pour sauver la vie sur la planète, en particulier l’existence humaine.
Petro a fait référence à la proposition de la Colombie d’échanger la dette contre une action climatique, ce qui implique la transformation du système financier mondial, sur la base de réformes au sein du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, entre autres.
Il a souligné que la transition vers la décarbonisation de l’économie exigeait également des changements dans la conception des pouvoirs publics.
« S’il n’y a pas d’articulation des pouvoirs publics, s’il n’y a pas de planification de ces pouvoirs publics, il ne peut y avoir de transition vers une économie décarbonée à l’échelle requise pour sauver la vie sur la planète », a-t-il déclaré.
Le progressisme « doit être lumineux », a déclaré Petro lors de l’événement auquel ont participé, entre autres, le premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, le premier ministre portugais, António Costa, le président brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva, et le président chilien, Gabriel Boric.
« L’une des choses les plus critiquées à propos d’une position progressiste, avec toute sa diversité interne, est qu’elle imite la droite et prend des positions qui ont à voir avec la narration de la droite et, par conséquent, refuse à la société, qui se trouve dans un monde sombre et critique, la possibilité de voir des alternatives », a-t-il affirmé.
peo/ssa/mem/otf

EN CONTINU
notes connexes