mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président chinois reçoit Kissinger et le qualifie de vieil ami

Beijing, 21 juillet (Prensa Latina) Le président de la Chine, Xi Jinping, a reçu hier l'ancien secrétaire d'État des États-Unis, Henry Kissinger, qu'il a qualifié de vieil ami de la nation asiatique.

Selon un communiqué de presse, le président a reconnu les contributions historiques du diplomate dans la promotion de l’entente entre Beijing et Washington.
Xi a rappelé une visite de Kissinger en Chine il y a 52 ans, qui a ouvert la voie au président de l’époque des États-Unis, Richard Nixon, et au président chinois, Mao Zedong, pour marquer un tournant crucial et entamer la voie de la normalisation des relations entre les deux pays.
Il a souligné que les deux nations sont une fois de plus à une croisée des chemins et doivent à nouveau prendre une décision qui marquera l’avenir.
Il a ajouté que Washington et Beijing devraient adopter les trois principes de respect mutuel, de coexistence pacifique et de coopération à profit partagé.
Le président du géant asiatique a déclaré que sur cette base, la Chine est prête à explorer avec les États-Unis un chemin menant à des relations correctes, et a exhorté la partie nord-américaine à jouer un rôle constructif à cet égard.
Selon le communiqué, Kissinger a assuré que les liens entre les deux pays sont essentiels pour la paix et la prospérité internationales, tout en réitérant son attachement au principe d’une seule Chine.
Il a ajouté qu’il poursuivra ses efforts pour faciliter la compréhension mutuelle entre les deux peuples.
Le Département d’État des États-Unis a pour sa part récemment déclaré que Kissinger se trouvait à Beijing en tant que citoyen privé, et non au nom du gouvernement.
Il y a été reçu par les principaux fonctionnaires chinois, qui ont salué ses contributions aux relations bilatérales.
La visite de Kissinger a coïncidé avec l’arrivée dans cette capitale de John Kerry, envoyé spécial présidentiel pour le changement climatique, lui-même précédé par la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, et le secrétaire d’État, Antony Blinken.
Nombre d’analystes interprètent ces échanges comme une tentative conjointe d’atténuer la détérioration des relations bilatérales, qui ont atteint un point critique en raison de désaccords sur des questions telles que Taiwan, les droits de l’homme et la guerre économique, entre autres.
peo/livp/npg/idm

EN CONTINU
notes connexes