jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

600 meurtres et 271 enlèvements signalés en Haïti

Port-au-Prince, 27 juillet (Prensa Latina) De janvier à fin juin, le Collectif Défenseurs Plus a rapporté 600 assassinats et 271 cas d’enlèvements, expression de la vague de violence que connaît aujourd’hui Haïti.

Durant cette période, le droit à la vie a été systématiquement affecté, a dénoncé la plate-forme dans un rapport élaboré à partir d’interviews, de recherches documentaires et de la consultation de leaders communautaires.
Le collectif a critiqué le fait que le Premier ministre Ariel Henry, qui dirige le pays depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse il y a deux ans, n’ait pas tenu ses promesses et que le pays soit ainsi plongé dans la pauvreté, l’insécurité, la vulnérabilité aux catastrophes naturelles et la résurgence du choléra.
Le document dénonce également la violation du droit à la vie, à la sécurité, à la liberté de la presse et au droit de manifester, tout comme le mauvais fonctionnement du système judiciaire.
S’agissant de l’accès à la justice, l’organisation a rappelé qu’il était pratiquement nul du fait des grèves répétées du personnel judiciaire.
En outre, elle a qualifié d’inconstitutionnelle la nomination de huit juges à la Cour de cassation par le chef du gouvernement et a noté que ces nominations ne sont qu’une prérogative du président en exercice.
Plus tôt cette semaine, la plate-forme a déploré la violence contre les femmes et les filles perpétrée par les gangs.
Elle s’est également fait l’écho de données fournies par l’organisation de défense des femmes Nègès Mawon, selon laquelle 652 femmes et filles auraient été victimes de violences sexuelles dans quatre quartiers de Port-au-Prince entre mai 2022 et mars de cette année.
La violence s’aggrave en Haïti avec la croissance des gangs qui contrôlent actuellement plus de 80 pour cent de la capitale, alors que la situation s’est détériorée dans d’autres départements comme l’Artibonite, au nord-ouest de Port-au-Prince, où, cette semaine, le gang Gran Grif a ouvert le feu sur des résidents, faisant au moins trois morts et plusieurs blessés.
peo/oda/Ane

EN CONTINU
notes connexes