mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Appel à la volonté politique pour combattre la violence en Haïti

Port-au-Prince, 3 août (Prensa Latina) L’ancien ministre de la Justice d’Haïti, Lucmane Delille, a assuré qu’une véritable volonté politique est nécessaire pour lutter contre la criminalité qui consume aujourd’hui le pays.

Devant l’augmentation des enlèvements, des assassinats et des actes de violence des gangs, Delille a qualifié d’inacceptable que les dirigeants restent les bras croisés.
Celui qui est par ailleurs ancien président du Tribunal de première instance de Port-au-Prince a également assuré que de telles tragédies n’avaient jamais eu lieu dans l’histoire du pays, malgré les hauts et les bas de la nation caribéenne depuis son indépendance.
Malheureusement, la décision de démobiliser les forces armées haïtiennes a été prise en 1994, a déclaré l’ancien ministre au quotidien Le National, en regrettant que cette décision ait provoqué la détérioration des infrastructures de sécurité « et c’est ce qui nous a conduit à cette spirale descendante », a-t-il affirmé.
Ces dernières années, Haïti a connu une recrudescence de la violence avec l’augmentation des bandes armées qui opèrent en toute impunité sur son territoire, en particulier dans cette capitale et ses environs et presque sans intervention de la police.
Des organisations de défense des droits humains ont rapporté que depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021, quelque 3 000 personnes ont été tuées violemment par des bandes « trop armées et hors de contrôle ».
« Nous sommes dans cette situation également en raison du manque de volonté des autorités concernées », a déclaré Delille en plaidant pour que ceux qui gèrent le pays cessent de pactiser avec les gangs qui alimentent le deuil et agissent enfin courageusement, « sans peur ni crainte ».
Bien qu’il n’ait pas ouvertement rejeté la demande du Gouvernement de déployer des troupes internationales pour contenir les bandes, il estime que les Haïtiens doivent avoir confiance en eux-mêmes et que la solution durable ne peut être adoptée que sur le plan interne.
peo/ro/Ane

EN CONTINU
notes connexes