lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Jamaïque prépare une mission pour faire face à la violence en Haïti

Kingston, 5 août (Prensa Latina) La Force de défense de la Jamaïque (JDF) prépare une mission en Haïti pour lutter contre la violence des gangs à Port-au-Prince, a rapporté hier le média local The Gleaner.

Le déploiement aura lieu dans les semaines à venir, mais on ne sait pas encore s’il fera partie d’une opération conjointe avec d’autres États membres de la Communauté des Caraïbes (Caricom).
Le Premier ministre jamaïcain, Andrew Holness, a déclaré lors d’une conférence de presse que l’engagement de son pays était toujours valable. Nous ne pouvons pas atteindre les mille troupes, mais nous enverrons ce que nous pouvons, a-t-il déclaré.
Il a ajouté que les décisions prises ne peuvent pas avoir un impact négatif sur les problèmes de sécurité jamaïcains internes; mais, peu importe comment nous nous sentons quant à la situation en Haïti et comment elle pourrait affecter la Jamaïque, dans le cœur de chaque Jamaïcain existe la sympathie et la solidarité, a-t-il manifesté.
Toutefois, Myrtha Désulmé, fondatrice et présidente de la Société Haïti-Jamaïque, a exprimé son malaise face à toute intervention militaire prévue et a affirmé que ce dont Haïti a besoin n’est pas une nouvelle intervention destructrice déguisée en mission humanitaire.
Les États-Unis et l’ONU, qui ont un tel bilan catastrophique en Haïti, cherchent une couverture politique de la Caricom, du Canada, de la Jamaïque, du Kenya, ou de quiconque ils pourraient l’obtenir, pour une intervention militaire, et ce contre la volonté et les intérêts du peuple haïtien, a-t-elle dénoncé.
Elle a également souligné l’importance de la solidarité de la Caricom pour la mise en œuvre effective de la résolution 2653 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui doit stopper le flux d’armes vers Haïti et rendre les gangs inopérants.
Les préparatifs de la Force de défense jamaïcaine se déroulent alors que le Kenya prévoit de mener une force multinationale dans le pays caribéen avec 1 000 policiers.
Les Bahamas, pour leur part, se sont engagées à envoyer 150 personnes de soutien si la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies présentée par les États-Unis est approuvée.
Haïti vit, entre autres problèmes, une escalade de la violence entre bandes armées et la police qui alimente une crise humanitaire et provoque le déplacement de milliers de personnes.
peo/oda/yhr

EN CONTINU
notes connexes