samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Préoccupation au Salvador quant aux procès collectifs

San Salvador, 5 août (Prensa Latina) Au Salvador, certains secteurs expriment aujourd’hui leur préoccupation face à une initiative de l’Assemblée législative qui permettra la tenue de procès collectifs contre des membres de gangs et des collaborateurs présumés.

Cette semaine, le cardinal Gregorio Rosa Chávez a estimé que juger plus de 71 000 prisonniers regroupés en groupes de 900 personnes pour les inculper devant les tribunaux de crime organisé, au motif qu’ils appartiennent tous à des gangs du MS13 ou du 18, est une erreur.
Dans le même temps, des avocats de la Fondation pour le droit à un procès équitable, comme Victoria Barrientos, cités par la radio YSUCA, ont également fait part de leur préoccupation quant à la tenue d’audiences de masse.
La préoccupation de Barrientos est fondée et c’est que l’Assemblée législative a récemment adopté des réformes pénales qui permettront de juger en groupe les personnes capturées dans le cadre d’une telle mesure, a indiqué la station.
Le gouvernement défend les amendements et assure qu’ils faciliteront les poursuites contre les membres des gangs, mais nombre de spécialistes soutiennent que ces audiences condamneront des innocents.
Barrientos a souligné que l’état d’urgence en vigueur depuis le 27 avril 2022 a suspendu une série de garanties judiciaires qui, conformément au droit international, « ne peuvent être suspendues ». L’une d’elles est le droit à la présomption d’innocence.
Elle ajoute que la pauvreté est criminalisée dans le pays et qu’il existe une politique institutionnelle de torture et de traitements cruels à l’égard des détenus.
La juriste a souligné que le régime d’exception avait aggravé les inégalités et l’exclusion sociale dans le pays et qu’il représentait l’un des plus grands reculs en matière de droits humains depuis la signature des Accords de paix le 16 janvier 1992 au Mexique.
peo/lam/lb

EN CONTINU
notes connexes