jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Appel à la fin des privilèges accordés aux condamnés chiliens pour violations des droits humains

Santiago du Chili, 6 août (Prensa Latina) Des organisations sociales et des victimes de la dictature militaire chilienne réclament aujourd’hui la fin des privilèges accordés à ceux qui sont condamnés pour violations des droits de l’homme sous le régime d’Augusto Pinochet (1973-1990).

Un groupe de condamnés bénéficie d’un régime spécial dans la prison de Punta Peuco, située dans le nord de la région métropolitaine de Santiago.
La députée du Parti communiste, Maria Candelaria Acevedo, a déclaré à Radio Universidad de Chile qu’une décision politique du gouvernement devrait être prise dans ce sens.
Elle a ajouté qu’avec d’autres collègues, elle s’était entretenue avec le ministre de la Justice, Luis Cordero, au sujet de cette question.
« Aujourd’hui, nous voyons les républicains (droite chilienne) qui disent qu’il n’y a jamais eu au Chili de détenus disparus, de personnes exécutées ou de prisonniers politiques », a déclaré Acevedo.
L’actuelle députée a été enlevée avec son frère Galo le 9 novembre 1983 par des agents du régime de Pinochet et deux jours plus tard, faute de nouvelles, leur père, Sebastián Acevedo, s’est immolé sur la place de l’Indépendance de la ville de Concepción.
Elle a été libérée peu de temps après, puis de nouveau détenue et torturée à deux reprises.
Cette semaine, un groupe de parlementaires des partis socialiste, communiste et démocrate-chrétien a déposé une motion à la Chambre des députés pour transférer les détenus de Punta Peuco à la prison de Colina I, utilisée après le coup d’État comme camp de prisonniers politiques.
Le député socialiste Juan Santana a déclaré que cette décision serait un message approprié pour les Chiliens en cette année de commémoration du 50e anniversaire du coup d’État du 11 septembre 1973.
Punta Peuco serait alors réaménagé, selon la proposition, pour recevoir des femmes détenues qui sont enceintes et d’autres avec de jeunes enfants et nécessitant une attention particulière.
peo/ga/car/eam

EN CONTINU
notes connexes