samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les procès collectifs de présumés membres de gangs créent la controverse

San Salvador, 7 août (Prensa Latina) L'approbation par l'Assemblée législative d'une loi qui permettra de juger près de 72 000 membres présumés de gangs en groupes de 900 personnes est aujourd'hui une question controversée au Salvador.

Le cardinal Gregorio Rosa Chávez a lancé il y a quelques jours une critique sévère de la loi, qui ne permet pas une procédure régulière ou la présomption d’innocence.
Selon lui, juger plus de 71 000 détenus par groupes de 900 personnes afin de les inculper devant des tribunaux spécialisés dans la criminalité organisée, en supposant qu’ils appartiennent tous à des groupes de la MS13 ou à des gangs de la bande 18, est une erreur.
La population est divisée sur cette question controversée, plusieurs personnes ayant exprimé leur opposition à la décision adoptée par un parlement dans lequel le parti au pouvoir, Nouvelles idées, dispose d’une majorité décisive.
Pour certains, l’accord du 26 juillet selon lequel les personnes capturées sous le régime d’urgence doivent être jugées en groupe et les peines des chefs de gangs doivent être alourdies est contradictoire et doit être revu.
L’Assemblée législative a adopté un décret réformant la Loi sur le crime organisé afin d’augmenter les peines pour les auteurs de crimes organisés de 45 à 60 ans, ainsi que de faciliter la présentation de certaines preuves, a rapporté El Mundo aujourd’hui.
« Je suis d’accord avec le fait que ceux qui ont fait quelque chose doivent payer, mais pour ceux qui n’ont rien fait, il faut mener des enquêtes et les sauver », a commenté un commerçant.
Un étudiant de 23 ans pense que les poursuivre en tant que groupe n’est pas la meilleure mesure car « il y a des gens qui sont innocents et qui méritent d’avoir leur propre procès ».
La veille, à la fin des Fiestas Agostinas, l’archevêque José Luis Escobar Alas a demandé aux paroissiens de prier pour la « transfiguration de notre pays selon la volonté de Dieu » et pour inverser l’histoire « en faveur de nos pauvres, qui ont subi tant d’injustices ».
Pour faire face au mal, le prélat a déclaré que la première étape, « si nous voulons inverser l’histoire », est « d’améliorer les procédures juridiques pour éviter l’emprisonnement d’innocents et pour obtenir la libération rapide de ceux injustement emprisonnés ».
peo/ssa/mgt/lb

EN CONTINU
notes connexes