mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Unicef signale une augmentation des enlèvements de femmes et d’enfants en Haïti

Port-au-Prince, 7 août (Prensa Latina) Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) a averti aujourd’hui que jusqu’en juillet, les enlèvements de femmes et d’enfants avaient triplé en Haïti par rapport à 2021, et ont atteint les chiffres de toute l’année 2022.

L’organisation a noté que la plupart des enlèvements étaient motivés par des raisons économiques ou stratégiques et a critiqué le traitement des personnes comme des marchandises ou des monnaies d’échange.
Selon les données de l’Unicef, près de 300 femmes et enfants ont été enlevés au cours des six premiers mois de cette année par des groupes armés à des fins économiques ou tactiques.
« Les victimes qui rentrent vivantes chez elles sont confrontées à de profondes cicatrices physiques et psychologiques, peut-être pendant de nombreuses années », a regretté l’organisation.
Le directeur régional de l’Unicef pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Gary Conille, a souligné que les femmes et les enfants ne sont pas des marchandises, ne sont pas une monnaie d’échange et ne doivent jamais être exposés à ce type de violence inconcevable.
« La tendance croissante aux enlèvements est extrêmement préoccupante et menace à la fois le peuple haïtien et ceux qui sont venus l’aider », a-t-il averti.
En outre, l’organisation a qualifié de catastrophique la situation dans le pays des Caraïbes, où quelque 5,2 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, dont 3 millions d’enfants, alors que le système de santé est au bord de l’effondrement et que les écoles continuent d’être attaquées.
L’Unicef a également signalé une recrudescence de la violence, des pillages, des barrages routiers et la présence généralisée de groupes armés qui entravent les opérations humanitaires et l’acheminement de l’aide aux communautés touchées.
La semaine dernière, le Centre d’analyse et de recherche sur les droits de l’homme a signalé que 83 personnes avaient été enlevées en juillet.
peo/rgh/Ane

EN CONTINU
notes connexes