jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Lula appelle à la coopération et à l’action conjointe en Amazonie

Brasilia, 8 août (Prensa Latina) Le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva a exhorté aujourd’hui à reprendre la coopération en Amazonie, en inaugurant le IVe Sommet de l’Organisation du Traité de Coopération Amazonienne (OTCA), dans l’État du Pará.

«Il n’a jamais été aussi urgent de reprendre et d’élargir cette coopération. Les défis de notre époque et les opportunités qui surgissent exigent une action commune», a déclaré Lula.
C’est pourquoi, a-t-il déclaré, «j’ai annoncé la tenue de ce sommet avant même d’assumer la présidence, lorsque j’étais à la COP27 (Conférence des Nations unies sur le climat) en Égypte».
Il a indiqué que ce rendez-vous, qui se prolonge jusqu’à demain, a trois grands objectifs. Premièrement, «nous allons discuter et promouvoir une nouvelle vision de développement durable et inclusif dans la région, en combinant la protection de l’environnement avec la création d’emplois décents et la défense des droits de ceux qui vivent en Amazonie».
Il a également noté qu’il fallait concilier la protection de l’environnement et l’inclusion sociale; la promotion de la science, de la technologie et de l’innovation; la stimulation de l’économie locale; la lutte contre la criminalité internationale; et la valorisation des peuples autochtones et des communautés traditionnelles, ainsi que leurs connaissances ancestrales.
Il s’agit de la quatrième rencontre des dirigeants de l’OTCA, composée des huit pays amazoniens (Bolivie, Brésil, Colombie, Équateur, Guyana, Pérou, Suriname et Venezuela).
Pour Lula, «en approfondissant nos initiatives de coopération, de coordination et d’intégration entre les membres de l’OTCA, nous pourrons assurer que notre vision du développement durable soit longue et de plus importante portée».
Il a enfin appelé à renforcer la place des pays détenteurs de forêts tropicales, couvrant 6,3 millions de kilomètres carrés, dans l’ordre du jour mondial, sur des questions allant de la lutte contre le changement climatique à la réforme du système financier international.
« Le fait que nous soyons tous ensemble (à Belém, capitale du Pará), gouvernements, société civile et universités, États et municipalités, parlementaires et dirigeants reflète notre ferme intention de travailler pour ces trois grands objectifs », a enfin déclaré l’ancien syndicaliste.
peo/mem/ocs

EN CONTINU
notes connexes