vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La classe politique condamne le dirigeant du football en Espagne

Madrid, 22 août (Prensa Latina) La classe politique espagnole a rendu aujourd’hui une sentence virtuelle au président de la Fédération de Football, Luis Rubiales, pour le baiser forcé adressé sur la bouche de Jenni Hermoso, alors toute nouvelle championne du monde.

Bien que, comme il l’a précisé, il n’appartient pas au gouvernement de décider des personnes en poste au sein de l’entité du football, le président de l’exécutif, Pedro Sánchez, a déclaré que les excuses présentées par Rubiales sont « insuffisantes ».
Les propos du chef du gouvernement ont été interprétés comme une suggestion impérative amenant à la démission du dirigeant, une figure assez controversée qui a ajouté de l’huile sur le feu avec une vidéo peu convaincante dans laquelle il demande pardon pour avoir embrassé la joueuse au milieu de la cérémonie de remise des prix de la Coupe du Monde de Sydney.
« Ce que nous avons vu était un geste inacceptable. Je pense que les excuses qu’il a données ne sont pas suffisantes, je pense y compris qu’elles ne sont pas appropriées », a souligné Sánchez lors d’une conférence de presse.
Il a noté que la Fédération n’appartient ni à la structure ni à l’organigramme du Gouvernement, et que Rubiales est ‘élu et révoqué par ses associés’.
D’autres personnalités politiques du Parti populaire conservateur (PP), la vice-présidente Yolanda Diaz, des associations de footballeurs, d’anciens joueurs et un large éventail d’intellectuels, ont répudié l’attitude de Rubiales.
peo/ro/ft

EN CONTINU
notes connexes