samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le conflit Russie-Ukraine montre les limites de l’ONU, assure Lula lors du Sommet des Brics

Pretoria, 23 août (Prensa Latina) Le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva a déclaré aujourd'hui à Johannesburg que le conflit armé entre la Russie et l'Ukraine montrait les limites du Conseil de sécurité des Nations Unies.

« Nous sommes prêts à joindre nos efforts pour parvenir à un cessez-le-feu et à une paix durable », a affirmé Lula au deuxième jour du 15e Sommet des Brics, groupe composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud.
Selon l’ancien syndicaliste, le Brésil a une position importante sur la souveraineté des pays et n’est pas indifférent aux morts.
Il a insisté sur le fait que « la recherche de la paix est une obligation collective et un impératif pour un développement juste et durable » et a estimé que l’alliance des Brics devait agir « comme une force d’entente et de coopération ».
Il a également cité « les Haïtiens, les Yéménites, les Syriens, les Libyens, les Soudanais et les Palestiniens » comme victimes de conflits et de crises qui, selon lui, « ne reçoivent pas l’attention qu’ils méritent alors que d’immenses souffrances sont causées ».
Le bloc des Brics se présente comme une alternative géopolitique à l’ordre mondial dirigé par les États-Unis, se positionnant comme un représentant du Sud global.
Lula a également défendu l’émancipation des femmes, une condition fondamentale pour le développement économique et social des pays.
« Dans de nombreux endroits, alors que les hommes font la guerre, ce sont les femmes qui luttent pour la réconciliation », a-t-il exprimé.
Lula a déclaré que la valorisation et le renforcement du rôle des femmes dans la résolution des conflits seront de plus en plus essentiels pour un monde pacifique.
« Plus encore, a-t-il ajouté, l’autonomisation des femmes est une condition préalable à un développement économique et social complet ».
À cette occasion, le fondateur du Parti des travailleurs a salué certaines des femmes présentes à la réunion, telles que la présidente de la Nouvelle banque de développement, Dilma Rousseff, et la représentante de l’Alliance des femmes d’affaires des Brics, Lebogang Zulu.
Il a paraphrasé l’ancien président du Burkina Faso, Thomas Sankara, en disant que nous ne pouvons pas aspirer à une société dans laquelle « la moitié de la population est réduite au silence par le machisme et la discrimination dans la participation politique et dans le monde du travail ».
peo/ssa/mem/ocs

EN CONTINU
notes connexes