dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un homme politique israélien accuse également le pays de pratiquer l’apartheid

Tel-Aviv, 7 septembre (Prensa Latina) Un ancien député israélien a soutenu aujourd’hui les accusations de l’ancien chef de l’agence de renseignement extérieur (Mossad) Tamir Pardo, qui a affirmé que Tel-Aviv a imposé un système d’apartheid en Cisjordanie occupée.

Sur son compte X (anciennement Twitter), l’ancien législateur Sami Abou Shahadeh a rappelé que les Palestiniens dénoncent cette politique depuis des décennies, de même que les principales organisations de défense des droits de l’homme en Israël et les experts de l’ONU.
« Quand un ancien chef du Mossad est d’accord avec cette évaluation, le moins que l’on puisse espérer est que les fonctionnaires européens et nord-américains arrêtent de nier » les faits, a-t-il souligné.
Dans une interview accordée hier à une agence de presse internationale, Pardo a déclaré que les Palestiniens de Cisjordanie vivaient sous l’apartheid, un système de séparation raciale qui existait en Afrique du Sud jusqu’en 1994.
« Sur un territoire où deux personnes sont jugées selon deux systèmes juridiques, c’est un état d’apartheid », a-t-il souligné.
Il y a près d’un mois, le général à la retraite Amiram Levin a admis que son pays appliquait cette politique dans les territoires occupés, tout en se disant peu intéressé par le sort des Palestiniens.
« Depuis 57 ans, il n’y a plus de démocratie là-bas. Il y a un apartheid absolu », a déclaré l’ancien commandant lors d’une interview accordée à la station de radio Reshet Bet au sujet de l’occupation de ce territoire depuis la guerre de 1967.
Jeudi dernier, le parti de droite Likoud, dirigé par Benjamin Netanyahu, a fustigé Pardo, estimant que ses propos étaient faux.
« Au lieu de défendre l’État d’Israël et l’armée, Pardo calomnie Israël. Pardo, c’est votre faute », a exprimé la formation de Netanyahou, qui dirige actuellement le gouvernement le plus à droite dans l’histoire de ce pays, avec des figures ouvertement racistes et anti-arabes comme les ministres Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich.
peo/jf/rob

EN CONTINU
notes connexes