lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Haïti toujours sans accord politique malgré une grave crise

Port-au-Prince, 11 septembre (Prensa Latina) Les acteurs politiques et de la société civile haïtiens ne sont toujours pas parvenus à un accord, malgré la crise de plus en plus grave que connaît le pays.

Au bout de cinq jours, la délégation de la Communauté des Caraïbes (Caricom), qui s’est déplacée pour négocier une issue à la crise politique et rechercher un consensus, n’a pas trouvé de terrain d’entente après qu’un large groupe d’opposition ait posé des conditions aux négociations.
Le groupe de personnalités éminentes nommé par l’organisme régional a déjà rencontré le Premier ministre Ariel Henry et devait rencontrer les signataires de l’accord gouvernemental connu sous le nom de 21 décembre, ainsi que des structures d’opposition et des représentants de plates-formes sociales.
Ces derniers ont pourtant refusé de participer aux débats en l’absence du chef du gouvernement et, quelques jours auparavant, ils ont également refusé l’invitation de la délégation au motif qu’ils n’avaient pas été informés suffisamment à l’avance.
En outre, des partis comme Compromis pour le changement, Tet Kale, l’Organisation du Peuple en Lutte et Fanmi Lavalas ont exigé la démission d’Henry à qui ils reprochent la détérioration de la situation nationale.
Pour le moment, les négociations sont dans l’impasse et certaines voix qualifient déjà d’échec la deuxième tentative du comité de la Caricom.
En juillet dernier, le Groupe de personnalités éminentes n’avait déjà pas été en mesure de parvenir à un accord après cinq jours de réunions et le sommet de la Jamaïque qui a réuni un mois plus tôt plus de 50 acteurs politiques et de la société civile haïtienne à Kingston a abouti à un résultat similaire.
Pendant ce temps, la violence s’intensifie dans ce pays caribéen à cause des actions des gangs qui, rien qu’en août, ont tué 74 personnes à Carrefour Feuilles et Artibonite, et en ont forcé 10 000 autres à quitter leurs logements, selon des organisations de défense des droits humains.
peo/oda/Ane

EN CONTINU
notes connexes