samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU souhaite renforcer la mémoire historique à l’occasion de l’anniversaire du coup d’État au Chili

Nations Unies, 11 septembre (Prensa Latina) Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a reconnu hier la nécessité de renforcer la mémoire historique à l’occasion du 50e anniversaire du coup d'État contre le gouvernement de Salvador Allende au Chili.

Dans un message, le chef de l’ONU a décrit ce coup d’État, dirigé par Augusto Pinochet, comme « une rupture institutionnelle qui a brisé les liens de coexistence et a marqué des générations de Chiliens ».
Cependant, a-t-il ajouté, cela a également inspiré de nombreuses personnes à lutter pour la justice et la liberté.
« L’annonce du plan de recherche des personnes disparues (au Chili) reflète la nécessité de continuer à renforcer la mémoire historique, comme moyen d’unir la société et d’affronter les tâches en suspens et les problèmes communs en vue de l’avenir », a ajouté Guterres.
Il a rappelé que ce 50e anniversaire coïncide avec le 75e de la Déclaration universelle des droits de l’homme.
Ce document, a-t-il ajouté, doit servir de guide pour écouter toutes les victimes et leurs proches, reconnaître leur douleur et contribuer à leur droit à la vérité, à la justice, à la réparation et à la non-répétition.
« Le coup d’État et la mort de Salvador Allende, sept mois avant la Révolution des Œillets, m’ont profondément ému, tout comme les histoires de chiliens persécutés que j’ai rencontrés en tant que réfugiés », a-t-il souligné.
Cette date, a-t-il manifesté, est un hommage aux victimes de cette période sombre et à toutes les personnes qui ont travaillé sans relâche pour guérir les blessures et construire une société plus inclusive et plus juste.
Le coup d’État du 11 septembre 1973 a donné lieu à l’un des épisodes les plus sombres de l’histoire du Chili.
Les victimes de la dictature qui a suivi, dirigée par Augusto Pinochet, sont estimées à plus de 40 000 personnes, sans compter les plus de 200 000 exilés.
« En cet anniversaire, nous célébrons l’engagement du Chili en faveur de la démocratie et des droits de l’homme et réaffirmons notre engagement à construire un monde plus juste, plus solidaire et plus pacifique », a conclu le secrétaire général.
peo/livp/oda/ebr

EN CONTINU
notes connexes