dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Dialogue politique paralysé en Haïti

Port-au-Prince, 13 septembre (Prensa Latina) Le dialogue politique que le Gouvernement haïtien, ses alliés et l’opposition devraient entamer cette semaine est aujourd’hui paralysé et sans date de reprise des négociations.

Dimanche, après l’échec de la visite de la délégation de la Communauté des Caraïbes (Caricom), le Premier ministre Ariel Henry a annoncé que les discussions entre les acteurs politiques se poursuivraient à la nonciature apostolique, mais il a été informé que les locaux du siège ne sont pas disponibles.
L’ancien député Antoine Rodon Bien-Aimé, chef de l’organisation Engagement politique alliée à Henry, a déclaré au quotidien Le Nouvelliste que le gouvernement était chargé de planifier les négociations, tandis que d’autres voix ont assuré que c’était le rôle de la délégation de la Caricom.
Pour le moment, on ignore quand commencera le processus de dialogue, qui pourrait passer par la décision du Conseil de sécurité des Nations unies qui discutera vendredi du déploiement de troupes internationales pour lutter contre les gangs en Haïti.
De leur côté, les signataires de la Déclaration de Kingston qui s’opposent au gouvernement, comme le parti Fanmi Lavalas fondé par l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, ont assuré leur disponibilité à participer au dialogue.
Ce nouvel échec des négociations politiques est le troisième de la Caricom pour encourager un accord en Haïti.
En juin, des représentants de l’organisation ont participé au Sommet de la Jamaïque qui a réuni plus de 50 acteurs politiques haïtiens, mais qui s’est terminé sans consensus.
Un mois plus tard, ils sont arrivés à Port-au-Prince pour faire avancer les négociations, mais leur visite a également été qualifiée d’échec.
La semaine dernière, le Groupe de personnalités éminentes de la Caricom est arrivé en Haïti pour tenter de poursuivre un dialogue, mais ils ont exprimé leur déception, selon un communiqué publié par l’organisation régionale.
Ce comité espère qu’avec détermination, bonne volonté et reconnaissance du fait que les intérêts de la population doivent être la principale préoccupation de toutes les parties concernées, une solution puisse être trouvée pour remettre Haïti sur la voie du rétablissement de la constitutionalité et de la démocratie.
peo/mem/Ane

EN CONTINU
notes connexes