samedi 25 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Président de Cuba défend le droit au développement des pays du Sud

La Havane, 15 septembre (Prensa Latina) Le président de Cuba, Miguel Diaz-Canel, a exhorté aujourd’hui le Groupe des 77 (G77) et la Chine à lutter pour le droit au développement comme voie pour participer à la révolution scientifique et technique du monde dans des conditions d’égalité.

Lors de l’ouverture du sommet du bloc, qui se déroule ces vendredi et samedi au Palais des Conventions de La Havane, le mandataire a souligné que ce rendez-vous a lieu à un moment où l’humanité a atteint un potentiel scientifique et technique inimaginable il y a quelques décennies.
Selon Diaz-Canel, cela implique une capacité extraordinaire à générer de la richesse et du bien-être qui, dans des conditions d’égalité, d’équité et de justice, pourraient assurer des niveaux de vie décents, confortables et durables pour presque tous les habitants de la planète.
À cet égard, il a déclaré que nous sommes en présence de la plus grande révolution scientifique et technique que l’humanité ait connue, avec un progrès technologique qui a permis de connecter le monde et doté le genre humain de capacités insoupçonnées pour améliorer ses conditions de vie.
Il a toutefois regretté que ces possibilités ne soient pas à la portée de tous, car loin de devenir des outils pour combler le fossé du développement, elles tendent à devenir des armes pour approfondir ces différences et protéger le système d’exploitation et de pillage qui, pendant plusieurs siècles, a alimenté la richesse des anciennes puissances coloniales.
Cela explique que, au milieu du développement scientifique et technique le plus colossal de tous les temps, le monde ait régressé de trois décennies en matière de réduction de l’extrême pauvreté et enregistré des niveaux de famine jamais vus depuis 2005; et que, dans le sud, plus de 84 millions d’enfants ne vont pas à l’école et que plus de 660 millions de personnes sont privées d’électricité, a-t-il manifesté.
Nous avons le devoir d’essayer de changer les règles du jeu et nous n’y parviendrons que si nous mobilisons une action commune, a déclaré le président de Cuba aux plus de 100 délégations participant au Sommet du G77 et de la Chine, en présence de dizaines de chefs d’État et de gouvernement.
Dans le même temps, le mandataire a remis en question le fonctionnement de l’ordre économique international actuel et a souligné que le Sud semblait destiné à vivre des miettes que le système actuel lui réservait.
Rappelons que de nombreuses nations représentées au sein du G77 et la Chine ont écrit des pages impressionnantes de créativité et d’héroïsme dans l’histoire de l’humanité, avant que la colonisation et le pillage n’appauvrissent le destin d’une partie d’entre elles, a-t-il déclaré.
Retrouvons cet esprit de lutte, le savoir traditionnel, la pensée créative et la sagesse collective, a ajouté Diaz-Canel, qui a appelé à lutter pour le droit au développement, « qui est aussi le droit d’exister en tant qu’espèce ».
« Ce n’est qu’ainsi que nous serons en mesure de participer à la révolution scientifique et technique sur un pied d’égalité. Ce n’est qu’ainsi que nous serons en mesure d’occuper la place qui nous appartient dans ce monde où l’on prétend nous reléguer au statut de doux pourvoyeurs de richesses pour les minorités », a-t-il estimé.
peo/lam/mer

EN CONTINU
notes connexes