mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des religieux dénoncent la situation en Haïti et demandent une aide internationale

Port-au-Prince, 19 septembre (Prensa Latina) La Conférence épiscopale d'Haïti a dénoncé hier la grave situation à laquelle est confronté le pays avec la montée de la violence des gangs et a demandé l'aide de la communauté internationale pour lutter contre l'insécurité.

L’entité a souligné que le crime organisé s’est répandu dans tous les départements et dans les principales villes, alors que la région métropolitaine de cette capitale est presque entièrement contrôlée par des groupes armés.
« La population est l’otage de la violence impitoyable des gangs et de leurs alliés », a déploré l’institution.
Ils ont également dénoncé l’inaction et le silence des autorités, ainsi que le retard de la communauté internationale à répondre à la demande du gouvernement de déployer des troupes étrangères pour aider la police nationale à lutter contre les gangs.
L’archevêque de Port-au-Prince, Max Leroy Mésidor, a rappelé que l’insécurité croissante et généralisée entrave toutes les activités dans le pays, y compris celles de l’Église. « Il est clair que nous ne pouvons pas lutter seuls contre un mal qui a pris tant de racines », a-t-il déclaré.
Face à cette situation, il a souligné l’urgence pour la communauté internationale d’adopter sans tarder une position sur la demande d’assistance militaire et a regretté que l’annonce du Kenya de diriger un contingent en Haïti soit bloquée par une série de vetos croisés.
Il y a presque un an, le gouvernement d’Ariel Henry a demandé aux Nations Unies de déployer des troupes pour permettre à la police de faire face aux gangs qui contrôlent actuellement plus de 80 pour cent de la capitale, selon les données de l’ONU.
Cependant, le soutien ne s’est pas encore concrétisé malgré l’accord de la communauté internationale face à la grave situation en Haïti.
peo/livp/mem/ane

EN CONTINU
notes connexes