samedi 25 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

En Europe, de plus en plus de voix condamnent l’attaque contre l’ambassade cubaine aux États-Unis

Paris, 26 septembre (Prensa Latina) Des associations de différents pays européens se sont jointes aujourd'hui à la condamnation de l'attaque au cocktail Molotov de dimanche contre l'ambassade de Cuba à Washington D.C. et ont exigé que les États-Unis cessent de soutenir le terrorisme.

Depuis la France, l’organisation de solidarité Cuba Si France a qualifié cette action de haineuse, misérable et extrêmement grave, et a rappelé que pour la deuxième fois depuis 2020, le siège diplomatique de l’île dans la capitale états-unienne a été la cible d’un attentat terroriste.
Nous répudions l’agression et ses promoteurs et exigeons que Cuba soit immédiatement retirée de l’infâme liste unilatérale de Washington des pays parrainant le terrorisme, car c’est la nation antillaise qui est la victime de ce fléau sur les propres terres de l’empire, a-t-elle souligné dans un communiqué.
Pour sa part, la Coordonnation des résidents cubains en France a qualifié l’attentat de campagne criminelle soutenue, protégée et financée par Washington, qui s’étend depuis le triomphe de la Révolution du 1er janvier 1959.
Cuba Si France et la Coordonnation ont averti que l’extrême droite anti-cubaine répond par la haine au succès du séjour du président Miguel Díaz-Canel à New York, où il a reçu des expressions de soutien et de solidarité.
En Belgique, l’association Cubanismo.be a condamné l’attaque, la qualifiant de lâche, et a exigé que Washington assume sa responsabilité.
Les groupes anti-cubains recourent au terrorisme parce qu’ils sentent qu’ils resteront impunis, a dénoncé l’association sur les réseaux sociaux.
Plus au nord du continent européen, l’Association de solidarité suédoise-cubaine accuse le gouvernement des États-Unis de ne pas être en mesure de protéger une ambassade étrangère, ce qu’elle considère comme une grave violation du droit et des traités internationaux.
« L’impunité encourage les groupes extrémistes à commettre ce type d’abus contre les intérêts cubains. Un autre facteur qui y contribue est la campagne médiatique constante contre Cuba », a-t-elle souligné dans sa déclaration.
Pour l’organisation suédoise, ce qui s’est passé dimanche soir confirme l’hypocrisie des États-Unis et de cette liste des pays qui parrainent prétendument le terrorisme.
De nombreuses associations et d’importantes forces politiques du dénommé vieux continent ont exigé, encore plus fermement depuis dimanche, que Washington exclue l’île des Caraïbes de sa liste unilatérale en matière de terrorisme.
peo/livp/mem/wmr

EN CONTINU
notes connexes