samedi 25 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU met en garde contre l’expansion et la violence du conflit Israélo-palestinien

Nations Unies, 28 septembre (Prensa Latina) Le coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, a qualifié hier d'implacable l'expansion des colonies et des avant-postes israéliens dans la zone en conflit avec la Palestine.

En présentant au Conseil de sécurité son rapport sur l’état des tensions de juin à septembre, il a exprimé sa vive préoccupation face à l’augmentation de la violence en Cisjordanie et en Israël à des niveaux jamais vus depuis des décennies.
L’expert a également mis en garde contre l’utilisation d’armes de plus en plus meurtrières, même dans les zones densément peuplées.
Au cours de la période couverte par le rapport, l’armée israélienne a tué 68 Palestiniens, dont 18 enfants, et en a blessé 2 830 autres.
Ces décès ont eu lieu lors de manifestations, d’affrontements, d’opérations de sécurité, d’attaques, d’agressions présumées contre des Israéliens et d’autres incidents, a-t-il expliqué.
Dans le même temps, les colons israéliens ont tué deux autres palestiniens et en ont blessé 73 autres.
Parmi les autres violations graves figurent les démolitions et les confiscations de structures appartenant à des palestiniens dans toute la Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-Est, y compris des écoles.
Rien qu’en Cisjordanie occupée, y compris Jérusalem-Est, plus de 10 000 logements ont été construits entre le 15 juin et le 19 septembre, a-t-il souligné, attirant l’attention sur le recours excessif à la force par les colons.
Des mesures immédiates doivent être prises pour réduire les tensions, a-t-il déclaré.
Wennesland a également rejeté le recours à une rhétorique haineuse qui alimente encore davantage la complexité du contexte ainsi que la violence quotidienne.
L’envoyé spéciale a insisté sur le fait que « rien ne peut remplacer un processus politique légitime qui résout les problèmes fondamentaux à l’origine du conflit ».
Dans le même temps, il a réaffirmé l’engagement de l’ONU à soutenir la cessation de l’occupation et à la résoudre conformément au droit international, aux résolutions pertinentes de l’ONU et aux accords bilatéraux en faveur de la vision de deux États : Israël et la Palestine.
peo/livp/rgh/ebr

EN CONTINU
notes connexes