lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Bolivie célèbre la condamnation aux États-Unis des coupables d’un massacre en 2003

La Paz, 29 septembre (Prensa Latina) Les Boliviens célèbrent aujourd’hui la condamnation aux États-Unis lors d’un procès civil de l’ancien président Gonzalo Sánchez de Lozada et de son ancien ministre de la Défense Carlos Sánchez Berzaín pour "exécutions extrajudiciaires".

Coupables du massacre d’environ 70 personnes en octobre 2003 à El Alto, tous deux ont dû négocier une indemnisation des victimes, ont confirmé lors d’une conférence de presse l’avocat Thomas Becker et leurs représentants.
Becker a qualifié de fait sans précédent et de victoire des neuf familles qui se sont battues pour ce procès en représentation des dizaines de victimes.
Ce procès a commencé le 5 mars 2018 devant le juge fédéral nord-américain James Cohn de la Cour fédérale de Fort Lauderdale, en Floride.
L’initiative juridique a été lancée à la suite de sollicitudes infructueuses envoyées par la Bolivie aux États-Unis en vue d’obtenir l’extradition des principaux accusés dans le dossier de responsabilité ouvert devant les tribunaux du pays sud-américain.
Sánchez de Lozada et Sánchez Berzaín ont fui en 2003 aux États-Unis et y ont trouvé refuge après le massacre qui a fait près de 70 morts et des centaines de blessés par balles.
L’ancien ministre de la Défense a ordonné une fusillade massive contre ceux qui s’opposaient à ce que le gaz bolivien soit envoyé aux États-Unis via le Chili « au prix de poule morte » par le gouvernement néolibéral de l’époque.
« Après 20 ans de lutte, nous avons réussi, personne n’est intouchable dans cette vie, même s’il a de l’argent, ou quoi que ce soit », a déclaré Théophile Baltazar, l’un des plaignants.
Le montant de la compensation et les termes de l’accord signé jeudi ont un caractère confidentiel, selon Becker, cependant, le juge Cohn dans son jugement initial et ratifié en 2021 a déterminé que les accusés devaient payer 10 millions de dollars.
« Il y a une résolution qui dit qu’il est temps de résoudre le différend juridique, qu’est-ce que cela signifie? il n’y a pas d’autres appels, ils ne peuvent pas aller à la Cour suprême, il n’y a pas d’autres appels », a déclaré Becker.
Il a ajouté que la seule chose qui reste est le verdict qui les déclare responsables d’exécutions extrajudiciaires.
« Maintenant, le message est envoyé, la porte de notre maison (États-Unis) est fermée aux gens qui tuent leur peuple », a déclaré le juriste nord-américain.
peo/Jha/jpm

EN CONTINU
notes connexes