dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU exige le respect du droit international sans conditions à Gaza

Nations Unies, 16 octobre (Prensa Latina) Alors que les besoins humanitaires augmentent à Gaza, l'appel des Nations Unies (ONU) insiste aujourd'hui sur le respect du droit international dans le cadre du conflit qui s’intensifie entre Israël et les Palestiniens.

Ce dimanche, le secrétaire général António Guterres a demandé au Mouvement de résistance islamique (Hamas) la libération immédiate de tous les otages enlevés en Israël samedi dernier, tout en demandant à Tel-Aviv de permettre un « accès sans entrave à l’aide humanitaire » pour la bande de Gaza.
« En ce moment dramatique, alors que nous sommes au bord du gouffre au Moyen-Orient, il est de mon devoir en tant que secrétaire général des Nations Unies de lancer deux appels humanitaires forts », a affirmé le haut représentant dans un communiqué.
La déclaration de Guterres appelle à la protection des civils dans l’enclave côtière alors que l’eau potable et d’autres ressources vitales s’épuisent en raison du blocus israélien.
L’ONU estime que des milliers de personnes ont été tuées des deux côtés et que des centaines de milliers d’autres ont été contraintes de fuir alors que la situation dans la région se détériore après qu’Israël a averti d’une offensive terrestre imminente.
Une demande similaire est venue du commissaire général de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine, Philippe Lazzarini.
Depuis Jérusalem-Est, il a prévenu que son entité ne pouvaient plus fournir d’aide humanitaire à Gaza.
« Nous sommes au bord de l’effondrement », a-t-il souligné, insistant sur l’impossibilité de transporter « une goutte d’eau, un grain de blé, un litre de carburant » au cours des huit derniers jours.
Des milliers de personnes sont mortes, notamment des enfants et des femmes ; la zone manque même de sacs mortuaires, a-t-il déploré.
« Gaza est étranglée et il semble que le monde ait perdu son humanité », a-t-il souligné.
Parallèlement, la Force intérimaire des Nations Unies au Liban a mis en garde contre les risques de propagation du conflit dans toute la région.
Dimanche, d’intenses échanges de tirs ont été observés dans plusieurs zones le long de la Ligne bleue entre le territoire libanais et Israël, avec des détonations des deux côtés de la frontière non officielle qui sépare les deux pays.
« Notre quartier général à Naqoura a été touché par une roquette et nous travaillons pour vérifier d’où elle a été tirée », a précisé un communiqué de ces Forces de l’ONU.
peo/livp/kmg/ebr

EN CONTINU
notes connexes