samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Unicef horrifié par la crise humanitaire à Gaza

Ramallah, 16 octobre (Prensa Latina) L'Unicef ​​​​a déclaré vendredi dernier être horrifié par la catastrophe humanitaire dans la bande de Gaza due au blocus total et aux bombardements de l'aviation israélienne qui ont causé plus de 1 500 morts.

« Nous sommes horrifiés par les scènes qui se produisent à Gaza. Un grand nombre d’enfants parmi les victimes, un million de personnes sans aucun endroit sûr où aller », a signalé le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) sur son compte X.
C’est inacceptable et la violence doit cesser immédiatement, a affirmé l’entité de l’ONU.
L’Unicef ​​s’est dite extrêmement préoccupée par la nouvelle escalade des hostilités en raison de l’impact physique et mental que la violence a sur les enfants.
« Rien ne justifie le meurtre, la mutilation ou l’enlèvement d’enfants, des actes qui constituent une grave violation des droits que l’Unicef condamne sans réserve », a affirmé la semaine dernière la secrétaire générale de l’organisation, Chaterine Russell, dans un communiqué.
Toutefois, des rapports indiquent que de graves violations des droits des enfants ont commencé à se généraliser, a-t-elle noté.
Je suis également profondément préoccupée par les mesures visant à mettre fin à l’approvisionnement en électricité et à empêcher l’entrée de nourriture, de carburant et d’eau dans la bande de Gaza, décisions qui pourraient mettre en danger la vie de nombreux mineurs, a-t-elle souligné.
La ministre palestinienne de la Santé, Mai Al-Kaila, a mis en garde jeudi dernier contre l’effondrement imminent du secteur dans la bande de Gaza en raison de la grave pénurie de médicaments, de fournitures et de poches de sang due au blocus israélien.
Plus tôt, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) avait averti qu’en raison du manque d’électricité, suite au blocus israélien, les hôpitaux risquaient de devenir des morgues.
« La misère humaine causée par cette escalade est abominable et j’implore les parties de réduire les souffrances des civils », a déclaré Fabrizio Carboni, directeur régional du CICR pour le Proche et le Moyen-Orient, dans un communiqué.
« Les familles de Gaza ont déjà des problèmes pour accéder à l’eau potable. Aucun parent ne veut être obligé de donner de l’eau sale à un enfant qui a soif », a-t-il déclaré.
peo/livp/npg/rob

EN CONTINU
notes connexes