vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Guterres salue l’accord entre le gouvernement et l’opposition vénézuélienne

Nations Unies, 18 octobre (Prensa Latina) L’ONU s’est félicitée aujourd’hui des accords partiels signés entre le gouvernement du Venezuela et la Plateforme unitaire d’opposition après avoir relancé la veille leur dialogue suspendu un an auparavant.

Dans un communiqué publié ici, le secrétaire général de l’organisme, António Guterres, a salué les efforts des partenaires régionaux et internationaux pour les pourparlers, facilités par la Norvège et comptant sur la participation des Pays-Bas et de la Russie comme pays accompagnateurs.
Le titulaire de l’ONU soutient la mise en œuvre de bonne foi des accords menés par les Vénézuéliens pour la tenue d’élections inclusives, transparentes et crédibles en 2024, ainsi que pour aborder les préoccupations en matière de droits humains, précise le document.
Les deux parties ont signé deux accords partiels concernant la promotion des droits politiques et des garanties électorales et la protection des garanties vitales pour tous, y compris la protection des avoirs du pays à l’étranger.
La signature des documents à la Barbade a été menée par Jorge Rodriguez, pour la délégation gouvernementale, et par Gerardo Blyde pour la Plateforme unitaire.
Les parties sont convenues dans la première des conventions de reconnaître le droit de chaque acteur politique de choisir son candidat librement et conformément à ses mécanismes internes, à la Constitution et à la loi; puis promouvoir conjointement auprès du Conseil national électoral un ensemble de garanties pour tous.
Il s’agit notamment de proposer que le processus électoral présidentiel prévu pour l’année prochaine ait lieu au second semestre de 2024.
Ils ont également approuvé le développement de tous les audits prévus dans le système électoral vénézuélien avec la participation d’acteurs politiques internationaux et l’invitation de missions techniques étrangères comme l’Union européenne, l’Union africaine, un groupe d’experts de l’ONU et le Centre Carter pour observer le déroulement des élections.
Ils se sont également engagés à encourager un discours public et un climat favorable au bon déroulement des élections, sans ingérence extérieure, avec respect de la citoyenneté, de la Constitution et des lois du pays, et ont rejeté toute forme de violence et d’actions qui porteraient atteinte à la paix au sein de la nation sud-américaine.
peo/rgh/ebr

EN CONTINU
notes connexes