samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une agence de l’ONU dénonce une catastrophe sans précédent à Gaza

Ramallah, 18 octobre (Prensa Latina) Une catastrophe sans précédent se déroule sous nos yeux, la bande de Gaza est étranglée et le monde semble avoir perdu son humanité, a déclaré aujourd’hui Philippe Lazzarini, commissaire général de l’UNRWA.

« Nous recevons de plus en plus d’appels désespérés à l’aide », a déclaré le chef de l’Agence de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) dans une lettre adressée aux ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Organisation de la coopération islamique, réunis mercredi à Djedda, en Arabie saoudite.
Je vous demande de soutenir fermement et inconditionnellement les efforts humanitaires pour protéger les civils de ce territoire, a écrit Lazzarini dans son message, diffusé sur la page de l’agence de l’ONU.
Il a souligné qu’après 12 jours d’agression israélienne, des milliers de Palestiniens avaient été tués, y compris des femmes et des enfants.
Au moins un million de personnes ont été forcées de fuir leurs foyers en une semaine, dont plus d’un demi-million ont cherché refuge dans nos écoles et autres installations dans le sud de Gaza, a-t-il souligné.
Lazzarini a dénoncé le fait que 14 membres de l’UNRWA avaient été tués par les bombardements israéliens et a précisé que 13 000 autres employés avaient dû quitter leur poste.
Il a déclaré que depuis le début de l’escalade, Israël n’autorisait aucune aide à la bande de Gaza en raison du siège total imposé.
« Les gens sont obligés de boire de l’eau impropre à la consommation, car il n’y a tout simplement pas d’eau potable disponible, alors que les stocks de nourriture, de matériel d’hygiène et de médicaments diminuent rapidement », a-t-il déclaré.
Les objectifs les plus urgents pour lesquels nous devons tous travailler sont de veiller à ce que les civils, y compris les travailleurs humanitaires, soient protégés et que l’entrée des produits de première nécessité soit garantie, a-t-il souligné.
Face à cette situation critique, il a appelé à « l’arrêt immédiat des attaques contre les civils, le personnel et les installations humanitaires et de l’ONU ».
Il faut souligner que toutes les installations de l’ONU sont protégées par le droit international et ne doivent jamais être attaquées en aucune circonstance, a-t-il conclu.
peo/mgt/rob

EN CONTINU
notes connexes