mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Problèmes agricoles à Cuba en raison de mesures des États-Unis

La Havane, 2 octobre (Prensa Latina) Orlando Diaz, directeur des affaires internationales du Ministère de l’agriculture (Minag) de Cuba, a révélé hier l’impact des mesures nord-américaines contre son pays sur le secteur agricole.

Dans des déclarations au journal Granma, publiées ce jeudi, le fonctionnaire a noté que de mars 2022 à février 2023, les dommages accumulés dans ce secteur s’élèvent à 273 millions 390 mille dollars, près de trois millions de plus par rapport à la période 2021-2022.
De tels chiffres révèlent la recrudescence de la politique hostile de Washington contre La Havane, sur un secteur économique si important et qui concerne l’alimentation de la population.
Il a souligné que le groupe Tabacuba concentre le plus grand volume des affectations, puis qu’en raison de la coercitive Loi Torricelli, de nombreuses compagnies maritimes ne touchent pas les ports cubains, de sorte que les importations et exportations cubaines doivent être transbordées dans d’autres pays, ce qui augmente le coût du fret.
L’impossibilité de placer des produits cubains sur le marché nord-américain, où les bénéfices seraient plus élevés pour Cuba, a-t-il manifesté, est particulièrement préjudiciable à l’activité économique.
Par ailleurs, Labiofam S.A. effectue des opérations concernant des produits d’origine nord-américaine par l’intermédiaire de traders, en raison de l’impossibilité de les acquérir directement sur le marché étasunien, ce qui retarde les transactions et les renchérit de 45 pour cent.
Diaz a déclaré que des préjudices ont eu un impact direct sur l’exécution des plans d’ensemencement et de production et que l’achat de produits chimiques, tels que les herbicides, les insecticides et les fongicides, a été compliqué, alors qu’ils sont d’une grande importance pour le développement des productions agricoles, ce qui empêche des rendements plus élevés.
Il a ajouté que les obstacles aux exportations vers les États-Unis de biens et de services, comme le tabac, les fruits frais, le miel d’abeille et le charbon de bois réduisent considérablement les recettes du secteur.
peo/mem/rfc

EN CONTINU
notes connexes