mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une association française réclame la fin du blocus contre Cuba et dénoncent son impact

Paris, 30 octobre (Prensa Latina) L’association française Cuba Linda a appelé aujourd’hui le gouvernement des États-unis à lever le blocus sur l’île, une politique qu’elle a qualifiée de génocidaire en raison de ses conséquences humaines.

Dans une déclaration partagée avec Prensa Latina, l’organisation, qui promeut notamment des voyages dans la nation antillaise pour pouvoir connaître sa réalité, a considéré le siège économique, commercial et financier appliqué par Washington depuis plus de 60 ans comme l’un des actes les plus cruels de la guerre hybride contre le pays caribéen et sa Révolution.
Il s’agit d’une violation massive, flagrante et systématique des droits de l’homme d’un peuple qui a choisi un système socialiste plus juste, équitable et solidaire, et non soumis aux intérêts capitalistes de son voisin du nord, a-t-elle souligné.
Cuba Linda, créée en 1998, a souligné deux faits nouveaux qui se produiront ce mois-ci en ce qui concerne le rejet mondial de ce blocus : le vote le 2 novembre pour la trente et unième fois à l’Assemblée générale des Nations unies d’une résolution sur la nécessité de mettre fin au blocus et la tenue d’un tribunal international contre cette politique qui se tiendra à Bruxelles les 16 et 17 novembre.
L’association a dénoncé les 243 mesures prises par l’administration du président Donald Trump (2017-2021) pour renforcer ce blocus et la décision de son successeur à la Maison Blanche, Joseph Biden, de les maintenir, y compris leurs composantes extraterritoriales.
Cette extraterritorialité se manifeste par l’extorsion de fonds à des banques et des entreprises qui souhaitent effectuer des transferts ou travailler avec Cuba, a-t-elle déclaré.
Cuba Linda critique également l’Union européenne pour avoir accepté l’application de lois nord-américaines sur le territoire de ses États membres et réitère sa condamnation de l’inscription de l’île sur la liste unilatérale de Washington des pays parrainant le terrorisme, qui vise notamment à justifier le blocus.
L’association a enfin réaffirmé sa solidarité avec la plus grande des Antilles et la Révolution cubaine et a exhorté les États membres de l’ONU à voter en faveur de la résolution contre le blocus, une initiative similaire à celle que la communauté internationale appuie fermement depuis 1992 à l’Assemblée générale de l’organisme international.
peo/npg/wmr

EN CONTINU
notes connexes