lundi 20 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les Émirats arabes unis et un sommet sur le climat inclusif

La Havane, 4 nov (Prensa Latina) Les Émirats Arabes Unis aspirent aujourd’hui à faire de la 28e Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP28) l’événement le plus inclusif à ce jour et à obtenir des actions tangibles pour faire face à ce fléau.

• Par : Martha Andrés Román
Nous voulons une COP28 inclusive, qui rassemble toutes nos ressources et nos forces collectives et les aligne derrière un plan d’action, nous espérons travailler avec toutes les parties pour qu’elle soit un succès, a déclaré dans un entretien avec Prensa Latina l’ambassadeur de cette nation à Cuba, Hazza Alkaabi.
Le diplomate a exprimé la fierté de son pays d’accueillir ce rendez-vous international qui aura lieu du 30 novembre au 12 décembre prochains à l’Expo City Dubaï, un espace où les organisateurs espèrent accueillir plus de 70 000 participants, le plus grand nombre jamais enregistré à ce type de réunions.
Alkaabi a souligné l’objectif de rendre cet événement le plus inclusif de son genre, en soutenant les participants des communautés marginalisées et de première ligne, et les activistes de tous les secteurs de la société, y compris le financement de 100 jeunes délégués, principalement des régions les plus touchées par le changement climatique.
Dans le même ordre d’idées, il a souligné qu’ils ont préparé des pavillons dédiés aux peuples autochtones, au dialogue interreligieux et à la jeunesse, ainsi que des journées spécifiques axées sur ces domaines et d’autres comme l’égalité des sexes, l’enfance et l’éducation.
De concert avec ces acteurs, ils estiment également que le secteur privé est essentiel aux fins du Sommet, et que le rendez-vous disposera donc d’un centre climatique pour les petites et moyennes entreprises et appuieront de telles entités.
Nous avons lancé un appel conjoint avec le Secrétaire Exécutif de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques et l’Envoyé du Secrétaire Général des Nations Unies pour souligner l’importance des délégations avec un équilibre des genres incluant les jeunes, des peuples autochtones, entre autres.
LA NÉCESSITÉ DE CORRIGER LE CAP
Le rendez-vous de Dubaï aura lieu huit ans après l’adoption de l’Accord de Paris, un traité international sur le changement climatique adopté dans la capitale française lors de la COP21 et qui vise à réduire substantiellement les émissions de gaz à effet de serre pour limiter l’augmentation de la température mondiale en dessous de deux degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.
L’ambassadeur a noté que le rapport sur le premier Bilan mondial de ce pacte, publié en septembre dernier, a montré qu’une correction massive de la trajectoire était nécessaire dans un court laps de temps, car 22 gigatonnes de ces émissions doivent être réduites pour atteindre les objectifs de l’accord.
La présidence de la COP28 a élaboré son Plan d’Action avec quatre piliers clés : accélérer une transition énergétique juste et ordonnée ; régler le financement climatique ; se concentrer sur les personnes, la nature, les vies et les moyens de subsistance ; et de tout étayer par une inclusion totale, a-t-il expliqué.
Selon Alkaabi, ils avancent sur plusieurs fronts. « Après des mois de négociation et de collaboration, plus de 20 compagnies pétrolières et gazières nationales et internationales ont répondu à notre appel et ont accepté de s’aligner sur le zéro net (atteindre un équilibre entre les émissions et les absorptions de carbone dans l’atmosphère) d’ici 2050 ou avant, réduire à zéro les émissions de méthane et éliminer la combustion d’ici 2030 ».
Il a également évoqué la nécessité de parvenir à un accord plus équitable sur le financement du climat et de tenir les promesses faites à ce sujet, dont l’engagement par lequel les États les plus riches ont déclaré qu’ils fourniraient 100 milliards de dollars par an aux pays en développement pour l’atténuation et l’adaptation au changement climatique.
L’ensemble du système financier international doit être modernisé pour rendre le financement plus disponible, accessible et abordable, en particulier pour les pays du Sud, a déclaré le diplomate, en exhortant les dirigeants mondiaux des secteurs public et privé à assister à la COP28 avec des engagements réels et réalisables.
Interrogé sur la manière dont la réunion qui se tiendra aux Émirats Arabes Unis peut aider les Petits États Insulaires en Développement (PEID), il a rappelé que ces territoires représentent moins d’un pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais font face à des menaces existentielles liées au changement climatique tout en offrant des solutions politiques.
Nous sommes engagés, a-t-il ajouté, dans un sommet qui donnera des résultats aux PEID, nous pensons qu’ils ont besoin d’un nouvel accord sur le financement qui réponde aux besoins climatiques et de développement en même temps.
Il a déclaré que lors de leurs discussions avec les représentants de ces pays, ils ont entendu à plusieurs reprises que le financement climatique n’était pas disponible et n’était pas suffisamment abordable ou accessible, ce qui en fait l’un des quatre piliers susmentionnés.
L’ANNÉE DE LA DURABILITÉ
Le président émirati Mohamed bin Zayed Al Nahyan a déclaré 2023 Année de la durabilité, une décision qui coïncide avec la tenue du sommet sur le climat et témoigne de l’engagement en faveur de la durabilité environnementale et des efforts internationaux visant à une action collective face aux défis du changement climatique, a déclaré Alkaabi.
La durabilité est profondément ancrée dans les valeurs des Émirats arabes unis et s’inspire de la vision de son père fondateur, le cheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan, qui a déclaré :
« Sur terre et en mer, nos ancêtres ont vécu et ont survécu dans cet environnement. Ils ont pu le faire parce qu’ils ont reconnu la nécessité de le conserver, de ne prendre de lui que ce dont ils avaient besoin pour vivre et de le préserver pour les générations futures ».
Alkaabi a précisé que son pays avait développé des stratégies dans les secteurs de l’énergie, de l’économie, de l’industrie, des infrastructures, des transports, des déchets, de l’agriculture et de l’environnement pour travailler collectivement vers une vision zéro émissions nettes d’ici 2050.
Il a également investi dans des infrastructures vertes pour développer des villes sans émissions de carbone et fournir des systèmes de transport durables, y compris des voitures électriques, ainsi que dans la recherche et le développement, pour éduquer les jeunes et poursuivre l’héritage à travers la prochaine génération.
L’Année de la durabilité encourage les gens à changer de comportement dans des domaines clés tels que la consommation responsable, la conservation et l’action climatique, offrant des alternatives simples et quotidiennes pour former des habitudes durables, a-t-il ajouté.
Pendant les journées du sommet, les Émirats arabes unis commémoreront leur 52e Journée de l’Union, anniversaire qui rappelle la fondation du pays le 2 décembre 1971.
Dans ce contexte, a déclaré le diplomate, le territoire soulignera son remarquable voyage vers la durabilité au cours de ces cinq décennies, en montrant son héritage culturel, son patrimoine et son peuple, qui a toujours incarné un esprit d’innovation et d’action collective.
« Comme chaque année, la Journée de l’Union comprend tous ceux qui considèrent les Émirats arabes unis comme leur foyer, citoyens et résidents de tous âges et origines, et accueillera à cette occasion les visiteurs internationaux qui participent à la COP28», a-t-il souligné.
peo/npg/mer

EN CONTINU
notes connexes