jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba dénonce les restrictions imposées par les États-Unis aux États membres de l’ONU

Nations Unies, 7 novembre (Prensa Latina) Cuba a qualifié hier d’injustifiées les restrictions imposées au fonctionnement de certaines délégations de membres de l’ONU, en violation des obligations des États-Unis en tant que pays hôte de l’organisation.

Le représentant permanent suppléant de l’île des Caraïbes, Yuri Gala, a rejeté l’utilisation sélective et arbitraire de l’Accord de Siège par les États-Unis afin d’empêcher ou de limiter la participation de fonctionnaires de certains pays aux travaux de l’Organisation des Nations Unies, une violation flagrante du principe de l’égalité souveraine entre tous les membres du forum.
Lors de la présentation du rapport du Comité des relations avec le pays hôte, le représentant cubain a dénoncé des obstacles tels que l’imposition arbitraire de restrictions à la liberté de mouvement aux diplomates de plusieurs pays et à leurs familles.
Il a également évoqué le retard et le refus arbitraire de visas pour des membres de l’Organisation qui souhaitent accéder au siège et participer à ses travaux, ainsi que l’expulsion injustifiée de diplomates accrédités auprès de l’ONU.
En outre, il a rejeté des violations telles que la saisie de biens; les obstacles à l’accès aux comptes bancaires et aux transactions pour s’acquitter de ses engagements financiers; les inspections secondaires effectuées dans les aéroports des États-Unis auprès du personnel diplomatique de certaines délégations, entre autres.
Il a également regretté que les procédures du Comité permettent aux États-Unis d’être juge de ce à quoi ils sont parties.
C’est là, a-t-il ajouté, le principal obstacle qui empêche le Comité de mener un travail objectif et fidèle à la vérité de ce dont il est question.
Gala a rappelé plusieurs manifestations hostiles à la périphérie de la Mission permanente de Cuba auprès de l’ONU, sans que les autorités du pays hôte s’acquittent dûment des obligations qui leur incombent.
La Convention de Vienne exige l’adoption de toutes les mesures appropriées pour protéger les locaux contre toute intrusion ou tout dommage et pour éviter que sa tranquillité ne soit troublée ou sa dignité atteinte, a-t-il rappelé.
«Nous réaffirmons que l’inaction du pays hôte a motivé ces manifestations, qui empêchent le personnel de notre siège diplomatique d’exercer les fonctions pour lesquelles il est accrédité, sans risque d’agression de la part de manifestants», a ajouté l’ambassadeur également.
Cuba demeure fermement résolue à coopérer pour que les décisions et recommandations de cet important Comité soient appliquées dans la transparence et dans le respect de la souveraineté des États membres, conformément aux buts et principes de la Charte des Nations Unies, a noté le représentant.
Mon pays poursuivra son travail constructif pour l’amélioration et l’efficacité des travaux du Comité, grâce à des processus étendus de discussion, de consultation, de négociation et de collaboration entre ses membres et en encourageant la participation active des autres États membres, affectés ou non par les manquements du pays hôte, a-t-il conclu.
peo/rgh/ebr

EN CONTINU
notes connexes