lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Croix-Rouge exige la protection des civils face à la crise humanitaire à Gaza

Ramallah, 13 novembre (Prensa Latina) Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a appelé à la protection des civils piégés dans la bande de Gaza par les bombes israéliennes et a mis en garde contre la grave situation humanitaire que connaissent aujourd’hui des millions de Palestiniens sur ce territoire.

Les hostilités dans les zones urbaines densément peuplées, y compris à proximité des hôpitaux, mettent en danger la vie des groupes les plus vulnérables, notamment des agents du système de santé, des malades, des blessés, des enfants, des personnes handicapées et des personnes âgées, a souligné l’organisme dans un communiqué.
Plus de 100 000 personnes déplacées n’ont pas d’abris, de nourriture, d’eau et de fournitures d’hygiène, a-t-il déclaré.
Le CICR a assuré que la situation se rapproche à grande vitesse d’une catastrophe humanitaire.
À cet égard, l’entité s’est déclarée profondément préoccupée par les conditions dangereuses dans lesquelles les civils sont évacués du nord vers le sud du territoire cars ils arrivent sans rien d’autre que les vêtements qu’ils portent et que la quantité d’aide humanitaire reçue est totalement insuffisante.
Agitant des drapeaux blancs, des hommes, des femmes et des enfants parcourent des dizaines de kilomètres à pied à côté de cadavres gisant sur les routes, privés des nécessités de base comme la nourriture et l’eau, a déclaré l’organisme.
Il s’agit d’une tragédie humaine insupportable qui se déroule sous nos yeux, a déclaré William Schomberg, directeur de la sous-délégation du CICR pour la bande de Gaza.
Il a expliqué que les gens appellent jour et nuit pour demander de l’aide afin de les transporter dans un endroit sûr.
En tant que travailleur humanitaire, je suis frustré par mon incapacité à répondre à ces appels, car nos équipes manquent des garanties de sécurité de base nécessaires pour se déplacer dans le nord de l’enclave, a-t-il déploré.
peo/jf/rob

EN CONTINU
notes connexes