samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Organisation des Nations Unies : une tribune historique contre le blocus imposé à Cuba

Nations unies, (Prensa Latina) L’Assemblée générale des Nations unies a réitéré cette année une nouvelle condamnation historique du blocus imposé à Cuba par les États-Unis lorsqu’elle a adopté à une écrasante majorité, début novembre, la résolution appelant à la cessation de cette politique.

Par Elizabeth Borrego Rodriguez
Correspondante en chef de Prensa Latina à l’ONU

Avec 187 voix pour, 2 contre (États-Unis et Israël) et l’abstention de l’Ukraine, le plus important forum politique de la planète a exigé pour la 30ème fois le droit de la nation antillaise à son développement sans les entraves imposées depuis plus de six décennies.
Outre la revendication quasi universelle, le rapport présenté par le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a reconnu que la poursuite du siège contre Cuba et son inclusion dans la liste des États parrainant le terrorisme étaient incompatibles avec un système international fondé sur le droit.
Les deux actions des États-Unis sont une manifestation de l’exercice du pouvoir politique et économique en violation flagrante des droits de l’homme, y compris le droit au développement, a-t-il souligné.
Malgré cela, Cuba a maintenu son engagement en faveur de la coopération Sud-Sud et son soutien à la solution de problèmes mondiaux tels que l’accès aux traitements médicaux et aux vaccins pendant la pandémie de Covid-19.
La résolution présentée par Cuba estime à environ quatre milliards 867 millions de dollars les dommages causés par cette politique étasunienne illégale du 1er mars 2022 au 28 février 2023.
De 1962 à nos jours, le préjudice économique sur la base des prix courants s’élève à 159 milliards 84,3 millions de dollars.
ACTE DE GUERRE EN TEMPS DE PAIX
Intervenant devant le forum, le ministre des Affaires étrangères cubain, Bruno Rodriguez, a qualifié le blocus imposé par les États-Unis d’acte de guerre en temps de paix.
La décision de le renforcer de manière inédite pendant la Covid-19 et de profiter de la crise économique pour promouvoir la déstabilisation du pays montre l’essence perverse de cette politique, a-t-il dénoncé.
Il a rappelé que cet ensemble de mesures affectait le bien-être des compatriotes dans des domaines vitaux tels que l’alimentation, l’énergie ou l’accès aux médicaments, y compris pour traiter le cancer, le diabète et d’autres maladies.
« Avec détermination et précision chirurgicale, il s’attaque aux secteurs les plus sensibles de l’économie et cherche délibérément à infliger le plus grand mal possible aux familles cubaines », a-t-il déclaré.
Dans le même temps, la persécution contre l’île a été renforcée par l’inclusion arbitraire de Cuba dans la liste unilatérale du Département d’État des commanditaires du terrorisme.
Selon le ministre cubain, la décision a été « une mesure létale prise par le gouvernement républicain de Donald Trump (2016-2020), neuf jours seulement avant de quitter la Maison Blanche ».
Cependant, le président actuel, Joe Biden, aurait pu et pourrait corriger demain cette décision par une seule signature.
Le Gouvernement des États-Unis ment et nuit gravement aux efforts internationaux de lutte contre le terrorisme, accusant sans fondement Cuba d’être l’un des commanditaires de ce fléau, a-t-il souligné.
Le blocus est un acte de guerre économique en temps de paix, visant à annuler la capacité du Gouvernement (cubain) à répondre aux besoins de la population, à créer une situation d’ingouvernabilité et à détruire l’ordre constitutionnel sur l’île, a-t-il manifesté.
« Il n’est ni légal ni éthique que, pendant des décennies, le gouvernement d’une puissance soumette une petite nation à une guerre économique incessante pour lui imposer un système politique étranger et s’approprier à nouveau ses ressources», a-t-il dénoncé.
UN BLOCUS DANS TOUTES LES LETTRES
Après près de 30 ans d’efforts pour apporter des fournitures médicales à Cuba et pour collaborer avec les institutions de santé, Bob Schwartz reconnaît que la politique des États-Unis envers la nation caribéenne porte le nom de blocus.
Le directeur exécutif de l’organisation non gouvernementale Global Health Partners (GHP) considère que l’île «est un cas différent» pour faire des dons à son système de santé précisément en raison de ce blocus.
En Amérique latine et dans les Caraïbes, GHP, une organisation de solidarité qui regroupe des établissements de santé publique, s’emploie à mettre en place des systèmes de soins de santé autonomes.
Cependant, son travail avec Cuba fait de l’île une destination particulière depuis qu’elle a commencé à y travailler en 1994, et en particulier depuis l’arrivée au pouvoir de Trump.
Entre autres obstacles, Schwartz a reconnu le manque de transport aérien commercial depuis le territoire des États-Unis, ce qui oblige à utiliser des «itinéraires très créatifs» pour acheminer des médicaments vers la capitale cubaine.
« Nous avons transporté des cargaisons réfrigérées de New York à Bruxelles, puis à Madrid pour enfin arriver à La Havane, ce qui prend plusieurs jours », a-t-il déclaré dans une interview à Prensa Latina.
Dans une relation normale, nous pourrions voler directement des États-Unis et cela prendrait trois heures par avion et y compris par mer (cela serait plus rapide), mais ce n’est pas le cas, a-t-il manifesté.
Schwartz a également déploré l’immobilisme du gouvernement de Joe Biden, qui oblige à compter sur des licences d’exportation de plus en plus lentes à obtenir et qui entrave l’acquisition des produits nécessaires par l’île des Caraïbes.
«Il est très difficile pour nous d’acheter des produits auprès d’entreprises qui ne veulent tout simplement pas nous vendre en sachant que le produit ira à Cuba», a-t-il déploré.
Bien que le travail de GHP se concentre sur les dons et l’aide à la santé, cela ne représente aucun avantage pour contourner les politiques de blocus, a-t-il souligné.
Les centaines de dispositions (en vigueur) prévoient une exception pour les envois destinés à des particuliers ou à des organisations à but non lucratif, ce qui n’est pas le cas pour les grands donateurs du Ministère de la Santé publique cubain.
À cela s’ajoutent l’impossibilité pour Cuba d’obtenir du matériel de diagnostic auprès de fabricants nord-américains et le refus d’autres entités de commercer avec l’île par crainte de sanctions.
BLOCUS CONTRE LE DÉVELOPPEMENT
Le chemin de la petite nation vers les Objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU est également confronté à un contexte particulier et complexe marqué par des pressions extérieures, selon le coordonnateur résident des Nations Unies à Cuba, Francisco Pichón.
Les mesures de coercition et l’inclusion de l’île sur la liste des pays commanditaires présumés du terrorisme constituent le principal défi pour le financement du Programme 2030, a déclaré le représentant de l’ONU dans des déclarations à Prensa Latina.
« Cela demande beaucoup de travail pour éviter que les acquis du pays, qui sont des références dans la région de l’Amérique latine et des Caraïbes dans des domaines tels que la santé et l’éducation, ne se maintiennent et que la qualité de ces résultats ne s’érode », a-t-il souligné.
Alors que dans la plupart des pays on parle de remettre sur les rails les objectifs de développement durable, à Cuba on insiste sur ne pas perdre ce qui a été accompli, a-t-il précisé.
Le soutien des Nations Unies dans cette voie se heurte à des défis propres tels que l’accès au financement, qu’il s’agisse de crédits ou de prêts, la recherche de fournisseurs, entre autres.
«Le secrétaire général a parlé de la réforme du système financier international pour les pays lourdement endettés, mais nous parlons de l’exclusion de Cuba de ce système aussi imparfait qu’il soit», a-t-il reconnu.
Le système des Nations Unies a le grand défi de ne pas laisser le pays sans options; Cuba reste attachée au Programme 2030 et fait de son mieux avec ses ressources publiques, a-t-il insisté.
Pichón a rappelé que le pays a élaboré une feuille de route alignée sur les objectifs de l’ONU appelés Plan national de développement économique et social 2030 et a renforcé cette année son engagement en faveur du multilatéralisme en étant à la tête du G77 et de la Chine.
« Nous avons l’énergie de réagir et de trouver une voie », a déclaré le coordonnateur résident en évoquant des domaines importants de collaboration tels que les nouvelles formes de gestion économique, la réponse aux catastrophes naturelles ou la protection sociale axée sur les groupes vulnérables.
peo/arc/ebr

EN CONTINU
notes connexes