mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU considère la Défense Civile cubaine comme une véritable force

La Havane, 6 décembre (Prensa Latina) La Défense Civile de Cuba est reconnue au niveau international et sa stratégie de réduction des risques de catastrophe est une véritable force pour le pays caribéen, a assuré hier un fonctionnaire du système des Nations Unies.

« Il n’est pas exagéré de dire que la plus grande des Antilles est devenue une école en matière de défense civile », a déclaré le coordonnateur résident de l’organisation internationale Francisco Pichón en prenant la parole lors de la première journée du XIe Congrès international sur les catastrophes et la VIIe Conférence internationale des pompiers.
Il s’agit de nombreuses années de travail, en visant toujours à éviter les pertes en vies humaines et les dommages matériels face à l’impact d’événements météorologiques tels que les ouragans et les cyclones, a expliqué Pichón lors de la rencontre qui se tient au Palais des Conventions de cette capitale.
Le travail des centres de réduction des risques de catastrophe, avec l’accompagnement du système des Nations Unies, contribue à ce succès, et nous travaillons ensemble sur d’autres projets, a-t-il déclaré.
Cuba a été mise à l’épreuve face aux défis les plus difficiles, mais grâce au climat de confiance, de respect et de collaboration mutuelle, nous pouvons coordonner davantage d’actions, a-t-il manifesté.
Nous avons récemment été témoins du succès de la Défense Civile cubaine lors d’événements tels que l’explosion survenue au sein de l’hôtel Saratoga de la capitale, celle de la base de supertankers dans la province occidentale de Matanzas ou encore le passage l’ouragan Ian, a-t-il souligné.
J’ai été témoin, avec d’autres fonctionnaires d’autres agences des Nations Unies, de la priorité donnée à l’aide aux plus sinistrés, a souligné Pichón.
Cuba ne combat pas seulement les cyclones et les ouragans, mais d’autres événements comme la sécheresse ou les épidémies, et ce en collaboration avec le système des Nations Unies.
Le nombre et l’agressivité des cyclones qui frappent les Caraïbes ont augmenté, ce qui est une conséquence des températures de l’eau et des effets du changement climatique, a-t-il expliqué.
C’est pourquoi la résilience de Cuba face à ces phénomènes deviendra de plus en plus importante et indispensable, non seulement pour l’île, mais aussi pour la partager avec d’autres projets et initiatives dans le cadre de la collaboration Sud-Sud.
Des pays comme la Jamaïque, Trinité-et-Tobago, le Guyana et la République dominicaine, entre autres, disposent déjà d’un centre de gestion des catastrophes accompagnés des conseils d’experts cubains.
Le système des Nations Unies veut renforcer la collaboration avec les autorités cubaines, qui partagent leurs expériences en réponse aux catastrophes sous d’autres latitudes, a-t-il souligné.
« Les défis de Cuba sont aussi nos défis », a déclaré Pichón.
peo/npg/joe

EN CONTINU
notes connexes